24 avril 2018 – Psychanalyse des mangas

dessin humoristique montrant Actarus en pleine séance de psychanalyse
24 avril 2018 – Psychanalyse des mangas

Psychanalyste : « Je pense, M. Actarus, que vous êtes en train d’opérer un transfert… »
(caricature d’Actarus et d’un psychanalyste)

Le lit psychiatrique

C’est un type qui va voir un psy :
– Docteur ! j’ai un problème grave. Quand je me mets au lit, j’ai l’impression qu’il y a quelqu’un dessous… et quand je vais voir dessous, je crois qu’il y a quelqu’un dessus. Dessous, dessus, dessous, dessus… Je deviens fou !
– Remettez votre sort entre mes mains, d’ici deux ans j’aurai réglé votre problème… à raison de trois séances par semaine.
– Et à raison de… combien par séance ?
– 100 euros la séance. C’est donné. Le prix de la tranquilité.
– Je vais réfléchir, répond le type.
Et il disparaît dans la nature.

Six mois plus tard, le psy rencontre son ex-futur patient et lui demande de ses nouvelles.
– Un copain de bistro m’a débarrassé de mon problème pour 30 euros, le prix d’une tournée générale.
– Ah oui ? Et comment ?
– Il m’a conseillé de couper les pieds du lit !

La psychanalyse du prénom

En auditrice libre, une dame va à la faculté, avec son fils pour écouter un petit peu les cours de psychanalyse. Le professeur dit :
– Bien souvent, les motivations les plus internes, profondes, déterminent une mère à choisir le prénom de son enfant. Ainsi, j’ai le cas d’une dame qui était tenancière de bar, qui travaillait beaucoup à l’heure de l’apéritif, et qui a appelé son fils « Olive ». J’ai le cas d’une autre dame qui aimait beaucoup les fleurs et qui donc, inconsciemment, a baptisé sa fille « Rose »…

A ce moment-là la dame se lève et dit à son fils :
– Viens Popaul, on s’en va !