La vieillesse, c’est cruel

Sur un banc du parc, trois retraités échangent quelques mots :

Marcel, 70 ans :
« J’peux pas me plaindre, la santé ça va plutôt bien. Je mange, je vois encore sans lunettes, j’entends bien. Avec ma femme, on se câline encore de temps en temps… une fois par mois. Mais, dès que je marche, ce n’est pas facile. Chez moi, ce sont les jambes qui ne vont pas… »

Joseph, 71 ans :
« Moi non plus, je n’ai pas à me plaindre. Pour manger, marcher, dormir, pas de problème. Avec ma femme, on se paye encore du bon temps, pas trop souvent… Noël, Pâques… C’est assez correct. Mais le problème c’est que je ne vois vraiment pas bien, même avec mes lunettes. Chez moi, ce sont les yeux qui ne vont pas… »

Alfred, 72 ans :
« Moi aussi, ça va plutôt bien. Je mange, quoique je n’ai plus mon appétit d’autrefois, mais ça va. Je marche…pas très loin quand même. J’entends encore assez bien et je vois clair sans lunettes. Mais je dois ajouter qu’il m’arrive des trucs bizarres. Tout à l’heure, Marguerite, la femme de ménage s’est baissée pour ramasser le tuyau de l’aspirateur et… je n’ai pas pu résister. Je lui ai retroussé la jupe, baissé mon pantalon, et hop ! Et quand on a eu fini notre affaire, elle s’est retournée et m’a dit : Mais, Monsieur… ça fait la troisième fois ce matin !… Vous voyez les copains, chez moi, c’est la mémoire qui ne va pas ! »

5 (100%) 1 vote

Les paris de Toto

Toto a un gros problème. Il a le démon du jeu et parie sur tout, tout, tout ! Un jour, le père de Toto vient voir son institutrice pour évoquer le cas de son fils.

L’enseignante lui dit :
« Monsieur, je pense que je sais comment donner une bonne leçon à Toto. Nous allons lui tendre un piège en lui faisant prendre un pari qu’il perdra ! »

Le père de Toto est d’accord pour tenter le coup. Le jour suivant à l’école, l’institutrice constate que Toto fait des paris avec les autres enfants, comme d’habitude, et elle lui dit :
« Toto, tu viendras me voir après la classe. »

Quand tous les autres enfants quittent la salle de classe, Toto s’approche de l’enseignante et, avant qu’elle ne puisse parler, il lui dit :
– Ne dites rien ! Je sais ce que vous voulez me dire, mais vous êtes une menteuse !
– Toto ! sursaute l’institutrice complètement estomaquée, de quoi est-ce que tu parles ?
– On ne peut pas vous faire confiance, vous êtes un faux-jeton ! continue Toto, comment est-ce que je pourrai croire ce que vous dites ? Vous avez des cheveux blonds sur la tête, mais j’ai vu sous votre jupe et c’est noir comme du charbon !

Essayant de garder son calme, la maîtresse lui répond :
– Toto, ce n’est pas vrai !
– Je parie 1 euro que vos poils là dessous sont complètement noirs ! la défie Toto.

L’enseignante voit alors sa chance de donner une bonne leçon à Toto.
– Eh bien d’accord Toto, je tiens le pari, mais pour 20 euros, pas moins ! lui répond-t-elle.
– Tenu ! répond Toto en sortant aussitôt un billet de 20 euros.

Et rapidement, en vérifiant que personne ne pourrait entrer dans la pièce, l’enseignante relève sa jupe et baisse sa culotte, laissant voir à Toto que ses poils pubiens sont aussi blonds que ses cheveux.

Toto baisse la tête en signe de défaite.
– Vous avez gagné, lui dit-il, et il lui remet son billet de vingt euros.

Le soir même, l’enseignante appelle le papa de Toto pour lui annoncer ce qui est arrivé :
– Monsieur, je pense que nous lui avons finalement donné une bonne leçon !
– « Une bonne leçon ? » Tu parles ! s’écrie le père. Ce matin, Toto avait parié 50 euros avec moi qu’il parviendrait à voir votre «minou» avant la fin de la journée…

Rate this post

La toute petite envie de sexe

Un gars va chez son psychiatre :
– Docteur, j’ai un cas difficile à vous soumettre. Je n’ai plus du tout envie de ma femme !
– Depuis quand ?
– Depuis avant-hier !
– Allons, cher Monsieur, ça va certainement s’arranger. Je vais vous donner un bon conseil. La première fois que vous aurez de nouveau envie d’elle, serait-ce une toute petite envie, sautez-lui dessus sans hésiter !

Trois jours après, le gars revient.
– Eh bien, dit le psychiatre, votre problème est résolu ?
– Oh ! oui, docteur ! Hier soir, on était à table, elle a laissé tomber sa serviette par terre, elle s’est baissée pour la ramasser, j’ai vu ses cuisses et je me suis jeté sur elle comme un fou !
– Parfait ! Vous voyez que vous n’avez plus à vous plaindre !
– Mais l’ennuyeux, c’est qu’on ne pourra plus aller dîner dans ce restaurant…

Rate this post