Des verts et des loups

Suite aux attaques répétées des loups contre les troupeaux de moutons, une réunion entre bergers, représentants de l’état et écologistes a eu lieu. Aux bergers qui réclamaient l’organisation de battues destinées à tuer le maximum de loups pour en contrôler la population, les écologistes ont présenté une alternative. La solution « plus humaine » préconisée par les Verts était celle-ci : « Capturons les loups vivants, faisons une vasectomie aux mâles puis relâchons les. Ainsi, les loups opérés garderont leur instinct de mâles, il feront comme d’habitude leurs saillies sur les femelles, mais par contre, les femelles ne seront plus fécondées, c’est de cette manière que la population sera le mieux contrôlée. »

Lorsque le représentant des écolos eut terminé son exposé, les bergers prirent quelques secondes pour réfléchir à la proposition, puis un vieux fermier qui avait fait le déplacement, se leva d’un bond, prit son chapeau et le claqua par terre en s’adressant au représentant des Verts :
« Ecoute gamin, je crois que t’as pas bien saisi le problème : les loups, ils ne baisent pas nos moutons… ils les bouffent ! »

L’interview du ministre des Finances

Au cours d’un dîner-débat, le ministre des Finances est interrogé par un étudiant :
– Monsieur le ministre, comment pourrais-je me lancer dans la politique ? – D’où vient votre argent de poche ? questionne le ministre.
– Heu… C’est mon père qui me l’envoie.
– Alors, rassurez-vous. Dès l’instant où vous dépensez de l’argent qui n’est pas à vous, vous êtes dans la politique.