Le droit à l’avocat

dessin de Cops sur le droit à un avocat lors d’un interrogatoire
Le droit à l’avocat

Interrogé : « J’ai droit à un avocat ! Merci ! »

Le meurtre du témoin

Les perles : la justice

« Tuez-moi, de toute façon, je ne dirai rien ! » réplique un témoin entendu par les policiers. Il y en a qui se croient toujours plus malins que les autres.

5 juin 2019 – Œil pour œil

Gilets jaunes : des policiers seront jugés pour violence…

dessin humoristique sur le jugement pour violence de policiers
5 juin 2019 – Œil pour œil

Emmanuel Macron : « Et encore merci d’avoir protégé nos intérêts. »
Édouard Philippe : « On vous enverra des oranges… »
Christophe Castaner : « Et des poires ! »
(caricature des policiers jugés pour violence)

La violence, c’est leur Talion d’Achille

Zaïtchick

Le pari de la justice

Les perles : la justice

Une autre histoire de hold-up. Deux compères braqueurs, unis comme les doigts de la main, riaient, plaisantaient, ironisaient sous les yeux ahuris des policiers chargés de les surveiller étroitement, quand l’un d’eux eut l’irrévérence de se livrer avec son alter ego à des paris sur les peines que s’apprêtait à réclamer son accusateur. Il est vrai que l’un et l’autre n’avaient guère de soucis à se faire. Ils avaient près de cinquante années de prison au compteur judiciaire. Et savaient que la liberté ne serait pas pour demain.

L’Auberge Rouge

Les perles : la justice

Quatorze trafiquants de drogue sont parvenus à tenir tête à près de cinquante policiers. Alors que la présidente du tribunal, Jacqueline Faglin, donnait lecture des peines – jusqu’à neuf ans de prison ferme -, les condamnés ont littéralement sauté sur les forces de l’ordre, les rouant de coups, les policiers le leur rendant d’ailleurs plutôt bien. Pendant dix minutes, la salle d’audience sera transformée en véritable ring de boxe, sous le regard halluciné des avocats et des journalistes. Bilan : dix blessés chez les policiers, dont deux nez cassés, quatre chez les trafiquants. Facétieux, l’avocat Michel Pezet accueillera le lendemain ses pairs dans le prétoire portant encore les stigmates de la veille par ces mots : « Bienvenue à l’Auberge rouge ! »