C’est qui qu’à le meilleur…

Trois enfants bavardent dans une cour de récréation :
– Moi, dit le premier, j ’ai un chien qui marche sur les pattes arrière.
– Et bien moi, dit le deuxième, j’ai une perruche qui siffle La Marseillaise.

À cet instant, le troisième garçon regarde les autres avec mépris :
– Bande de minables, dit-il, moi j’ai un perroquet terrible. Il arrive à imiter mon père qui joue du trombone à coulisses !
– Ça doit être difficile ! s’étonnent ses camarades.
– Oui, dit le troisième, surtout pour tenir l’instrument !

Parle toi-même d’abord !!!

Une femelle perroquet a été acheté par la vieille Mac Kinley qui s’efforce des jours durant de la faire parler sans obtenir le moindre son. Jusqu’au jour où le volatile se met en colère et s’écrie :
– Parler ! Parler ! Et moi, est-ce que je vous demande de pondre un œuf ?

Requiem pour un perroquet…

Une dame très bavarde demanda à un écrivain de lui écrire un quatrain-épitaphe pour son perroquet, son «coco chéri» qu’elle venait de perdre. Et l’écrivain inventa ce quatrain :
« Passant, ci-gît un perroquet
Qui, vivant, eut beaucoup d’adresse
Mourant, il laissa son caquet
Par testament à sa maîtresse. »

Père OK, mais le fils…

Un amateur d’oiseaux exotiques achète en Amérique du Sud un perroquet destiné à tenir compagnie à celui qu’il possédait déjà.
– Comment est la maison ? Questionne le nouveau perroquet en entrant dans la cage.
– Oh ! Fait l’autre perroquet, il n’y a aucun problème. Le mari est un brave homme. La femme ne s’occupe que de ses robes. La bonne n’oublie jamais de donner la nourriture. Il n’y a que leur gamin dont il faut se méfier.
– Ah bon ! S’étonne le nouveau. Et pourquoi ?
– Oh ! Il est terrible ! Il répète tout ce qu’on dit !