pension alimentaire

Il n’y a pas que le fric, mais quand même…

Les perles : la justice

Intervention haute en couleur d’une épouse délaissée, qui se plaignait du non-paiement de la pension alimentaire à l’audience des divorces : « Cet avocat, je le connais, il est avocat à la cour. Et un avocat à la cour, il ne se déplace pas pour rien ! » Comprenez : il a dû coûter cher à mon mari, donc mon mari peut payer la pension. L’épouse était tout ce qu’il y a de plus désintéressée.

Publicité

Organisation frauduleuse d’insolvabilité

Les perles : la justice

Un radiologue s’était sommairement grimé pour passer à la télé et expliquer comment il avait organisé son insolvabilité, dans le seul but de ne pas verser la pension alimentaire à son ex-épouse et à leurs trois enfants malgré 65 000 francs de revenus mensuels. Mais sa famille l’a reconnu. Tel est pris qui croyait prendre. Il a été condamné à un an de prison ferme.

La grosse pension alimentaire

Après avoir prononcé un divorce, le juge déclare au mari :
– Après mûre réflexion, monsieur, j’ai décidé d’accorder une pension alimentaire de 1.000 euros à votre ex-femme.

Et le mari répond :
– Très bien. J’essaierai moi aussi de donner quelque chose de temps en temps…