Que dis-je, c’est un cap ? c’est une péninsule !

C’est un cadre qui souhaite obtenir une promotion et qui a invité son patron à dîner chez lui un soir pour instaurer une relation de confiance.

Le cadre prévient sa femme et ses jeunes enfants avant le repas :
– Bon, je veux qu’une chose soit bien claire : mon patron a un très grand nez et il est très susceptible avec son apparence physique, alors je vous en prie, pas un mot là-dessus. C’est bien compris les enfants, on ne parle pas du nez de mon patron et on évite de le regarder trop fixement !
– Bien papa, répondent en chœur les deux fils.

Deux heures plus tard, tout le monde passe à table. Pendant tout le repas, les parents se font un sang d’encre. Les enfants vont-ils tenir leur langue ? Vont-ils parvenir à ne pas irriter le chef d’entreprise en fixant de façon trop visible son appendice nasal ?

Et puis finalement, le repas se termine, et avant d’amener le café, les enfants sont envoyés se coucher.
Les deux parents poussent intérieurement un « Ouf » de soulagement bien compréhensible et la maîtresse de café se sent beaucoup plus détendue en apportant le service à café.

Elle sort son plus beau sourire, et en s’adressant au patron elle demande :
– Et pour vous cher monsieur, combien de sucres dans votre nez ?

L’intelligence qui se remarque

« Si tout le monde vous donne raison, c’est que vous êtes d’une intelligence remarquable… ou bien que vous êtes le patron. »

André Birabeau

L’augmentation divine

Un chef d’entreprise convoque l’un de ses collaborateurs. Rouge de colère, il explose :
– J’ai appris qu’hier, dimanche, vous êtes allé à la messe et que vous avez prié pour obtenir une augmentation ! Sachez-le bien mon ami : j’ai horreur qu’on essaie de passer au-dessus de ma tête quand on veut quelque chose.

Le vol du baiser

Un patron s’adresse, indigné, à sa secrétaire :
– Comment ! Vous me dites que mon fils vous a volé un baiser ! Ah, ça vous faites bien de me le dire. Je vais vous le rendre tout de suite !

Une secrétaire particulière

Un agent immobilier s’était trouvé une nouvelle secrétaire passablement sexy et n’ayant pas froid aux yeux. Très rapidement d’ailleurs, il obtint d’elle qu’elle couche avec lui.

Peu de temps après cependant, la belle commença à prendre ses aises au niveau travail : manque d’intérêt dans les tâches qui lui étaient assignées, arrivée en retard le matin, départ en avance le soir, etc.

Si bien qu’après quelques semaines, le boss se résolut à lui parler :
« Ça ne peut plus durer ma petite. Qui vous a dit que parce que l’on avait couché ensemble une paire de fois, cela vous autorisait à arriver en retard et à bâcler votre travail ? »

Et la secrétaire lui répondit tout simplement :
« Mon avocat. »