Le prénom de la vieille

Deux vieilles dames prennent le soleil assises sur un des bancs du Jardin du Luxembourg.

Cela fait plus de douze années déjà qu’elles se retrouvent sur ce banc chaque jour où le soleil daigne se montrer…

Une de ces belles après-midis, la plus jeune des deux grand-mères dit à l’autre :
« Dis, excuse-moi par avance de la question que je vais te poser, et surtout ne le prends pas mal, mais après toutes ces années, je ne sais plus comment tu t’appelles ? J’essaie de me souvenir, mais impossible de retrouver ton prénom. »

L’autre grand-mère la regarde alors fixement, l’air visiblement affligé, ne disant rien pendant deux longues minutes, et puis finalement, les yeux pleins de larmes, elle répond :
« Et tu veux savoir ça pour quand ? »

Le dialogue alsacien

Ce sont deux vieux copains alsaciens retraités qui se rencontrent chaque jour dans un parc. Ils restent assis en silence toute la journée sans rien dire sauf de temps à autre le premier aspire un peu d’air et dit :
– Eh oui…

Et le second réplique :
– Eh oui…

Et c’est tous les jours comme ça. Un matin, le deuxième copain ramène un autre ami à lui avec eux. À trois, ils sont donc assis sur le banc, et le premier de temps en temps dit :
– Eh oui !

Et le second réplique comme d’habitude :
– Eh oui…

Et le troisième (le nouveau) réplique à son tour :
– Eh oui oui…

Le lendemain, le deuxième demande au premier :
– Je peux inviter le copain d’hier avec nous…
– Je préfère pas, non…
– Et pourquoi ?
– Il est trop bavard…

Le kidnapping des blondes

Une femme blonde avait des problèmes financiers, elle décida donc de kidnapper un enfant afin d’obtenir une rançon en échange.

Elle alla dans un parc, kidnappa un petit garçon, le pris derrière un arbre et écrivit sur une feuille :
– J’ai kidnappé votre enfant. Laissez 25.000 euros dans un sac en papier brun derrière le grand chêne du parc à 7h00 du matin demain.

Le message était signé : « La blonde. »

Elle accrocha la feuille à l’intérieur de la veste du petit garçon et lui dit de retourner chez lui.

Le lendemain matin, la blonde retourna dans le parc pour récupérer les 25.000 Euros, comme elle l’avait demandé sur les instructions.

Le sac était là. Et dedans, la blonde trouva le mot suivant :
« Voici votre argent, je n’aurai jamais cru qu’une blonde pourrait faire cela à une autre blonde !!! »