Le choix du parachute

Un journaliste interviewe ce sportif :
– Pourquoi êtes-vous devenu parachutiste ?
-Je n’avais pas le choix… un avion et trois moteurs bousillés !

L’accident d’escabeau

Alors qu’il repeignait le plafond de sa cuisine, un homme est tombé de la plus haute marche de l’escabeau sur lequel il s’était juché. Le nez en sang, trois dents en moins, un bras fracturé et le tibia démis, il appelle sa femme : – Bon, dit celle-ci, en le saisissant aux épaules pour le remettre debout, c’est comme les parachutistes :
Après une chute pareille, remonte tout de suite sur cet escabeau. Sinon, si tu laisses passer du temps, ça t’impressionnera et tu ne pourras jamais refaire le plafond de la salle de séjour.

Les principes de base du parachutisme

Principes de base du parachutisme :

Quand tu fais de la chute libre, tant que tu vois les vaches comme des fourmis, il n’y a pas de danger Quand tu commences à voir les vaches comme des vaches, il est temps d’ouvrir ton parachute…

Et quand tu vois les fourmis comme des vaches… Il est trop tard !

Le parachustiste suisse

Il est donc désespérément suisse, ce parachutiste suisse ! Pourtant, on lui avait bien dit :
– Vous sautez de l’avion. Vous comptez jusqu’à 3. Alors, vous tirez sur la manette et le parachute s’ouvre. Ben… effectivement il saute de l’avion… mais son parachute ne s’ouvre pas et il s’écrabouille sur le sol. Splash ! Une ambulance arrive à fond la caisse pour venir le ramasser, et un infirmier s’approche du pauvre malheureux. Il entend alors une p’tite voix qui gémit :
– Trrois…