Les maçons et la religieuse

Il y avait un immeuble en construction juste à côté d’un couvent de carmélites.

Une vieille religieuse avait remarqué au cours de ses promenades dans la cour du couvent, que le langage des ouvriers n’était pas vraiment châtié et qu’il se rapprochait même le plus souvent de l’ordurier.

Se disant qu’il lui suffirait de passer quelques temps avec eux pour corriger leurs habitudes, elle entreprit de les retrouver pour la pause déjeuner, elle prendrait alors son repas avec eux.

Aux environs de midi, elle approcha du groupe des maçons avec un grand sourire et leur dit :
« Est-ce que l’un de vous connaît Jésus ? »

Se regardant les uns les autres et s’interrogeant du regard, personne ne semblait connaître Jésus. Un des ouvriers cria alors en direction du groupe des charpentiers qui mangeait plus loin :
« Hé les gars, y a quelqu’un connaît un ‘Jésus’ ? »

Un des gars demande alors pourquoi. Et le maçon répond :
« Y’a sa femme qui est ici avec son déjeuner. »

4 (80%) 1 vote

30 novembre 2017 – Barbie ouvrière exploitée

Dessin drôle de Barbie ouvrière, enchaînée à un cadeau devant un sapin de Noël
30 novembre 2017 – Barbie ouvrière exploitée

(caricature de Barbie ouvrière)

Rate this post

La vengeance du marteau-piqueur

Le chef des services municipaux s’étonne en voyant, un matin, un de ses ouvriers en train de défoncer un trottoir avec son marteau-piqueur.
– Je ne savais pas, lui dit-il, qu’il y avait là une canalisation à dégager.
– Il n’y en a pas, chef. Mais je suis juste sous les fenêtres de mon voisin de palier, qui vient de se coucher après m’avoir empêché de dormir toute la nuit, en recevant une bande de débiles comme lui. Alors, je lui rends la monnaie de sa pièce.

Rate this post

L’accident d’oreille de Rachid

Sur le chantier de construction d’un immeuble de bureaux, le vent qui soufflait en rafale vient de provoquer la chute d’un échaffaudage.

Tout de suite, on ramasse les pauvres gars qui se sont fracassés au sol, et parmi eux Rachid, dont l’oreille a été arrachée pendant l’accident.

Rachid est emmené aux Urgences pendant que ses collègues se mettent à la recherche de l’oreille parmi les gravats et les tubes de métal enchevétrés.

Après une heure d’attente à l’hôpital, un des travailleurs du chantier arrive avec une oreille à l’intérieur d’un sac de plastique rempli de glaçons.

L’équipe chirurgicale peut donc réimplanter l’oreille du pauvre Rachid. Quelques heures après l’opération, quand l’infortuné Rachid se réveille, il est encore dans le cirage. Aussitôt il va devant un miroir et commence à enlever ses bandages… En un instant il pousse un hurlement :
« CI PAS MON OREILLE… CI PAS MON OREILLE !!! »

L’infirmière de garde arrive, lui dit de se calmer et lui assurre que l’oreille qu’on lui a greffée est la sienne car elle a été retrouvée par un de ses collègues de chantier.

Mais rachid répond :
« Ci pas mon oreille. la mienne, y avait crayon dessus ! »

Rate this post