Les exploits des chirurgiens américains

Trois chirurgiens américains discutent ensemble des opérations qu’ils ont réalisées.

Le premier dit : « Je suis le meilleur chirurgien du Texas. Un pianiste de concert avait perdu 7 doigts en tondant son gazon, je les ai recousus et 8 mois après, il donnait un concert pour la reine d’Angleterre ! »

Le deuxième dit : « Ce n’est rien, j’ai opéré un gars qui avait perdu ses deux bras et ses deux jambes. Deux ans après, il a gagné une médaille d’or aux jeux olympiques ! »

Le dernier dit alors : « Vous êtes des amateurs ! Il y a quelques années, un gars shooté à la cocaïne et à l’alcool s’est jeté sous un train avec son cheval. Tout ce qu’il restait était le cul du cheval, le chapeau du cowboy et un peu de cervelle… »

Les deux autres, ensemble : « Et alors ? »

Le dernier avec un grand sourire : « On en a fait un Président des Etats-Unis ! »

Le cadeau de remerciement de Picasso

C’est la maîtresse de Picasso qui commence à perdre la vue.

Alors elle décide d’aller consulter chez un ophtalmo qui lui dit qu’à son avis, sa vue va se dégrader de façon irrémédiable avec les années, et que rien ne peut enrayer ce processus. La maîtresse de Picasso décide alors d’aller consulter le spécialiste le plus renommé d’Europe pour ce qui concerne les yeux… Mais lui aussi finit par lui avouer après un examen approfondi que sa vue ne pourrait plus être améliorée.

C’est alors qu’une amie américaine lui confie qu’un ophtalmologue très réputé aux Etats-Unis serait peut-être capable de solutionner son problème.

La maîtresse prend donc un billet pour New York et se rend chez le spécialiste.

Lui aussi fait son examen oculaire, et termine en disant que « Oui, une opération serait possible afin d’éviter à la dame qu’elle ne devienne aveugle ».

L’opération a lieu, et après quelques semaines avec un bandage sur les yeux, il est temps de constater si tout a bien fonctionné.

L’ophtalmo enlève donc les bandages délicatement, et miracle : La vue de la dame est redevenue aussi bonne qu’à ses 20 ans !

Folle de joie la maîtresse dit à son bienfaiteur:
– Laissez-moi vous témoigner ma gratitude. Je vais demander à mon ami, le Maître Picasso, de vous peindre une fresque murale dans votre salle d’attente. Qu’en dites vous ?

L’ophtalmo est très heureux et accepte.

Picasso se met alors à la tâche, bien à l’abri des regards derrière un paravent. Lorsque son œuvre est terminée, la presse ainsi que les critiques sont convoqués.

Finalement, le grand jour arrive : Picasso fait face aux invités, et d’un seul coup, dévoile la fresque en repliant le paravent : Il s’agit ni plus ni moins d’un oeil, un immense oeil, d’un gigantesque oeil.

Les critiques s’exclament :
– Formidable. C’est encore un chef d’oeuvre du Maître !

Picasso se tourne alors vers l’ophtalmo et lui demande :
– Et vous, qu’en pensez-vous ?

Le docteur lui répond :
– J’en pense que c’est une bonne chose que je ne sois pas gynécologue.