La nébuleuse Tapie

Les perles : la justice

En plein procès de l’affaire de corruption Valenciennes-OM, au mois de novembre 1995, le procureur de la République de Valenciennes, Éric de Montgolfier, dans un réquisitoire aussi ciselé que mémorable, apostrophe Bernard Tapie encore au faîte de sa gloire : « Dans notre siècle de fric et de toc, je me demanderai toujours, monsieur Tapie, pourquoi, plutôt qu’une constellation, vous avez choisi d’être une nébuleuse… »

La vie selon Tapie

Les perles : la justice

« Dans la vie, c’est comme au cirque. Il y a les balayeurs et les équilibristes. Si le balayeur fait tomber l’équilibriste, il n’y a plus de cirque », déclare Bernard Tapie, président de l’OM, devant les policiers de la Brigade financière venus lui demander quelques explications sur les irrégularités relevées dans la gestion du club de foot marseillais. Forte pensée de veine tapiste, que l’on traduira de manière plus abrupte, mais plus compréhensible, par : « Lâchez-moi les baskets ! J’ai le pouvoir de vous briser ! »