Bis repetitas

– Monsieur l’imprésario, j’ai un numéro sensationnel et voilà ma proposition : vous déposez 500.000 euros à ma banque et moi, j’entre en scène et devant le public, je me suicide !
– Ouais ! fait l’imprésario dubitatif. Mais s’il y a un bis ?

L’emballage du dompteur

Le directeur du cirque à son nouveau dompteur :
– Je tiens absolument à ce que vous fassiez votre numéro torse nu.
– Je n’y vois pas d’inconvénients mais pourquoi ?
– Cela fait trois dompteurs mangés en un mois et le tigre qui tombe sur la veste à brandebourgs avec les boutons dorés, finit toujours par être malade.

La surveillance du parking

Les perles : les assurances

« Lorsque je me gare dans un parking public, j’ai l’habitude de relever les numéros de tous les véhicules qui y sont stationnés de sorte que si je retrouve ma voiture endommagée, je sais à qui m’adresser. »

Le bus des blondes

Deux blondes papotent à un arrêt de bus.
– Quel bus tu attends ?
– Le n°3. Et toi ?
– Moi, c’est le n°5.

Quelques minutes plus tard, un bus portant le numéro 53 fait son apparition. Les deux blondes en chœur :
– Oh, chouette, on va pouvoir prendre celui-là toutes les deux !

Le motard limité

Peu avant l’entrée de Rennes, un policier fait stopper un motard qui roule comme un fou.
– Avez-vous une excuse à invoquer ? lui demande-t-il.
– Oui, dit le motard. En m’engageant sur cette nationale, j’ai vu « 157 », je n’ai pas compris qu’il s’agissait du numéro de la route. J’ai cru que c’était la vitesse maximale autorisée.
– Ça va pour cette fois, fait le policier, mais méfiez-vous en sortant de la ville : il y a un embranchement et la route de droite, c’est la départementale 483 !