Tout au fond du puit

Un couple de Parisiens se promène à la campagne. La nuit descend. Soudain, le mari disparaît. Il vient de tomber dans un nouveau puits sans protection.
– Antoine, Antoine ? crie la femme. Réponds-moi ! Jusqu’où as-tu de l’eau ?

D’un vague glouglou émergent quelques paroles :
– Jusqu’aux chevilles !
– Ah, tu me rassures !

Et la précision arrive dans un autre glouglou :
– Oui, mais je suis tombé la tête la première.

La noyade sèche

Les perles : les assurances

« Elle aurait pu se noyer en tombant dans le bassin. Heureusement, il n’y avait pas d’eau. »

La santé précaire

– Écoutez, mon vieux ! il y a deux mois, vous vous faites renverser par une voiture… Bilan, de multiples fractures ! Deux semaines plus tard, vous sautez du troisième étage de votre immeuble… Résultat, deux jambes fracturées ! À peine sorti de l’hôpital, vous vous jetez dans la Seine… On vous sauve de justesse ! Et ce matin, c’est une tentative de pendaison ! Alors là, je vous dis : Arrêtez ! Vous allez finir par vous abîmer la santé !

La noyade à sec

Les perles : les assurances

« Elle aurait pu se noyer en tombant dans le bassin. Heureusement, il n’y avait pas d’eau. »