L’amour du risque

Une jeune femme conduit à toute allure depuis une quinzaine de kilomètres. Elle chevauche allègrement la ligne continue, dépasse en côte et fait des queues de poisson. Prise en chasse par deux motards, elle est contrainte de s’arrêter sur le bas-côté. Avant de descendre de la voiture, elle se retourne vers son mari :
– Je crois que j’ai vraiment tout fait pour te faire passer ton hoquet, non ?

Le Hell’s Angel belge

C’est un Belge qui veut devenir un vrai Hell’s Angel… Mais pas un Hell’s Angel de chez nous, non ! un vrai de vrai, made in USA.

Alors il part là-bas dans un bled où les Hell’s, c’est pas des tendres. Il entre dans un bar et annonce qu’il veut devenir Hell’s. Les Hell’s du coin ricanent mais décident de lui faire passer le test d’entrée :

« Pour nous rejoindre, tu dois passer trois épreuves :
La première, boire 20 litres de bière en 20 minutes.
La deuxième, on te lâche dans la cour avec notre pitbull, il a une dent cariée. Tu dois lui arracher sa molaire et en sortir vivant ? »
La troisième, tu vois la mamie, là-bas, elle a 105 ans, tu dois la niquer. »

Le Belge analyse le truc et dit :
« C’est OK, je peux le faire. »

Alors on lui sert les 20 litres de bière et il commence à les boire. Les 19 premiers passent impec., c’est un Belge, le gars. Le 20ème, c’est plus raide, mais bon, il le torche. Première épreuve réussie !

Un peu bourré quand même, il demande la suite. Les Hell’s l’enferment dans la cour du bistrot avec le pitbull. Et là, on entend un raffut d’enfer, des grognements, des cris etc.

Au bout d’une demi-heure, le Belge ressort, ensanglanté, plus une fringue sur lui et dit :
« J’ai réussi !!! Bon, la suite alors : elle est où la mamie avec sa dent cariée ? ».

Des motards et des blondes

L’histoire, racontée par le motard :

Un motard raconte à ses copains motards :
– Hier, j’ai fait la connaissance d’une superbe nana dans une boite de nuit…

Les copains motards :
– Aaaah !
– On boit un coup, je commence à l’embrasser.

Les copains motards :
– Aaaaaaah !
– Je lui propose de la raccompagner chez elle, elle accepte, et on sort de la boite…

Les copains motards :
– Aaaaaaaaaah !
– Arrivés sur le parking, là elle me dit « déshabille moi ! »

Les copains motards :
– Aaaaaaaaaaaaaaaaah !
– Alors j’enlève sa culotte, je la soulève et je l’assoie sur la selle de ma nouvelle moto…

Les copains motards :
– T’as une nouvelle moto ? C’est quoi comme bécane ?

 

La même histoire, racontée par la blonde :

Une blonde raconte à ses copines blondes :
– Hier, j’ai fait la connaissance d’un superbe motard dans une boite de nuit…

Les copines blondes :
– Aaaah !
– On boit un coup, je commence à l’embrasser.

Les copines blondes :
– Aaaaaaah !
– Il me propose de me raccompagner chez moi, j’accepte, et on sort de la boite

Les copines blondes :
– Aaaaaaaaaah !
– Arrives sur le parking, là je lui dis : « déshabille-moi ! »

Les copines blondes :
– Aaaaaaaaaaaaaaaaah !
– Alors il m’enlève ma culotte…

Les copines blondes :
– T’as une culotte ?

La valse des contredanses

L’autre jour, je sors de chez le boulanger et j’aperçois un motard de la police en train de rédiger un PV de stationnement. Je m’approche et lui dis :
« Je ne suis resté que cinq minutes chez le boulanger. Ne pouvez-vous pas annuler cette contravention ? »

Il m’ignore superbement et continue à écrire.
« Con d’emmerdeur », ne puis-je m’empêcher de lui dire.

Et voilà qu’il dresse un autre PV pour absence de plaque réfléchissante à l’avant du véhicule. Mon sang ne fait qu’un tour et je l’engueule copieusement :
« Gros Nul, Playmobil raté, sous-produit de débile, pet de vache, impuissant, analphabète, hémorroïde hypertrophiée… »

Ah, là, j’ai bien utilisé les richesses de mon vocabulaire. Cela continue encore un quart d’heure, et le flic, sans sourciller, continue à mettre des contredanses sous l’essuie-glace au point qu’il n’y avait pratiquement plus de place sur le pare-brise. Je constate que tout cela ne nous mène à rien et je jette l’éponge.

Puis je me rends tranquillement à ma voiture, garée deux rues plus loin…