mineurs

Le surnom des maris

Au cours d’une réunion Tupperware, après quelques Martini, trois jeunes femmes en viennent à discuter de leurs maris respectifs. En rigolant, la première, un peu bourrée, dit :
– Moi je le surnomme « Le dentiste » parce que personne ne peut me remplir les cavités comme lui !
– Moi je le surnomme « Le mineur », dit la deuxième en rigolant, parce que personne ne sait se servir de son manche comme lui !

Elles regardent alors la troisième qui n’ose pas prendre la parole.
– Et toi alors ? Lui demandent-elles, tu ne donnes pas de surnom à ton mari ?
– Si, si, dit-elle enfin, je l’appelle « Le facteur »…
– Pourquoi donc le facteur ?
– Parce que quand il met le paquet, la moitié du temps, c’est dans la mauvaise boite.

Le lampiste de Denain

C’était dans les années 50. Ce jour là, à Denain, il y avait la visite d’un ministre qui essayait de redorer son blason par une opération de relations publiques. Le maire avait fait venir un échantillon représentatif de la population locale et le ministre les avait interrogés un par un. S’adressant à Cafougnette, il demanda : – Et vous mon brave, est-ce que tout le monde a un emploi dans votre famille ?
– Oui m’sieur le ministe, répondit cafougnette, min frère, y est mécaniste !
– On ne dit pas « Mécaniste », mais « Mécanicien. »

Cafougnette poursuit :
– Min beau-frère, y est lampiste. Ch’est comme cha qu’in dit ?
– Oui, c’est bien lampiste. Et vous, quelle est votre profession ?
– Mi ? avec tout cha, je n’sais pu si ch’su mineur ou bin ministe.

Publicité