Entraînez-vous à devenir Maman

1…2…3….c’est parti !!!!!!

Exercice 1 :
Enfilez un peignoir et fixez-vous un sac rempli de haricots sur le ventre. Au terme des neuf mois, ôtez seulement 10% de son contenu, filez chez le pharmacien, videz votre portefeuille sur le comptoir et invitez-le à se servir. Ensuite, allez au supermarché et demandez que votre salaire soit automatiquement viré sur le compte du magasin.

Exercice 2 :
Pour avoir un aperçu de vos futures soirées, arpentez le salon de 17 à 22 heures en portant un sac humide pesant entre 4 et 6 kilos. A 22 heures posez le sac, réglez votre réveil à minuit et allez-vous coucher. A minuit, relevez-vous et marchez à nouveau dans le salon avec le sac pendant une heure. Réglez le réveil à 3 heures… Impossible de fermer l’œil, bien sûr, alors relevez-vous à 2 heures et servez-vous un verre. Retournez au lit à 2 heures 45. Quand le réveil sonne, un quart d’heure plus tard, debout ! Chantez des berceuses dans le noir jusqu’à 4 heures. Réglez le réveil à 5 heures. Levez-vous, préparez le petit déjeuner. Maintenez ce rythme pendant 5 ans… dans la joie et la bonne humeur !

Exercice 3 :
Evidez un melon et percez dans la peau un petit trou de la taille d’une balle de golf. Suspendez-le au plafond avec une ficelle et faites-le balancer de gauche à droite. Prenez un bol de bouillie, bien liquide, et essayez de nourrir le « melon » toujours en mouvement, en jouant à l’avion avec une cuillère. Continuez jusqu’à ce que le bol soit à moitié vide ; versez le reste… sur vos genoux… bravo ! vous savez maintenant faire manger un bébé ! Pour avoir une idée de ce qui se passera lorsqu’il commencera à marcher, étalez de la confiture sur le canapé et sur les rideaux ; dissimulez un bâtonnet de poisson surgelé derrière la chaîne Hi-fi et laissez-le là un mois ou deux…

Exercice 4 :
Habiller les tout-petits n’est pas une partie de plaisir. Commencez donc par acheter une pieuvre et un filet à provisions : essayez de glisser la pieuvre dans le filet sans qu’aucun tentacule ne dépasse… temps prévu : la matinée …

Exercice 5 :
Dites adieu à votre cabriolet au profit d’un break. Mais n’espérez pas garder la voiture propre et étincelante comme au premier jour. Les familiales ne sont jamais propres et étincelantes. Achetez donc une glace à la vanille et oubliez-la dans la boite à gants. Puis enfoncez une pièce de deux euros dans le lecteur de CD ou de cassettes. Ecrasez un paquet entier – familial, bien sûr – de biscuits au chocolat sur les sièges arrière. Enfin, rayez chaque côté du véhicule à l’aide d’un râteau. Là … parfait !

Exercice 6 :
Préparez-vous à sortir. Attendez une demi-heure à la porte des toilettes. Sortez de chez vous. Rentrez. Ressortez. Rentrez de nouveau. Ressortez et dirigez-vous vers la voiture. Revenez sur vos pas. Puis allez à nouveau jusqu’à la voiture. Marchez sur le trottoir très lentement pendant cinq minutes. Inspectez minutieusement le moindre mégot de cigarette, bout de chewing-gum, mouchoir en papier, insecte mort, …Refaites le même chemin en sens inverse. Vous n’en pouvez plus d’attendre ? Criez-le jusqu’à ce que vos voisins viennent tous à la fenêtre. Très bien : désormais, vous savez ce que c’est de partir en promenade avec le petit …

Exercice 7 :
Allez au supermarché en emmenant ce qui se rapproche le plus d’un enfant en bas âge – une chèvre adulte, de préférence – Si vous avez l’intention d’avoir plusieurs enfants, prenez plusieurs chèvres. Faites vos courses sans les perdre de vue et payez tout ce qu’elles auront cassé ou dévoré…

Exercice 8 :
Apprenez le nom de tous les héros favoris des enfants. Le jour où vous vous surprendrez à chanter une chanson des Minikeums dans votre bain, c’est bon, vous aurez gagné votre titre de parent !

Exercice 9 :
Répétez tout ce que vous dites au moins cinq fois.

Exercice 10 :
Une dernière recommandation : avant de faire des enfants, allez voir tout d’abord des amis qui en ont déjà. Critiquez abondamment leur méthode d’éducation, leur manque de patience ou d’autorité. Permettez-vous aussi de donner des conseils sur l’heure du coucher, le pot, les bonnes manières à table, etc… En un mot, aidez-les à résoudre leurs problèmes, et profitez-en bien : c’est la dernière fois de votre vie que vous détiendrez les solutions.

Rate this post

Ce que notre mère nous apprend

Plusieurs choses que ma mère m’a apprises :

Ma mère m’a appris à apprécier un travail bien fait :
« Si vous voulez vous tuer tous les deux, faites-le à l’extérieur : je viens tout juste de terminer de nettoyer la maison ! »

Ma mère m’a appris la religion :
« Tu ferais mieux de faire une prière pour que je parvienne à ôter cette tâche du tapis. »

Ma mère m’a appris le voyage dans le temps :
« Je n’attendrai pas jusqu’à la St Glinglin que vous vous comportiez correctement ! »

Ma mère m’a appris la logique :
« Parce j’ai dit que ce serait comme ça, voilà pourquoi. »

Ma mère m’a appris la prévoyance :
« Assurez-vous toujours que vous portez des sous-vêtements propres, pour le cas où vous auriez un accident. »

Ma mère m’a appris l’ironie :
« Continue à pleurer et je te donnerai quelque chose qui te fera vraiment pleurer. »

Ma mère m’a appris le phénomène physique de l’osmose :
« Ferme ta bouche et mange ta soupe ! »

Ma mère m’a appris le contorsionisme :
« Veux-tu bien regarder toute la saleté à l’arrière de ton cou ! »

Ma mère m’a appris l’endurance :
« Tu restera assis là jusqu’à ce que tes épinards soient terminés. »

Ma mère m’a appris la météo :
« On dirait bien qu’un ouragan a ravagé votre chambre. »

Ma mère m’a appris l’hypocrisie :
« Je te l’ai bien déjà dit un million de fois : n’exagère pas ! »

Ma mère m’a appris le cercle de la vie :
« N’oublie pas que c’est moi qui t’ai donné la vie et c’est aussi moi qui pourrai bien te l’ôter. »

Ma mère m’a appris les modifications du comportement :
« Arrête de te comporter comme ton père ! »

Ma mère m’a appris l’envie :
« Il y a des millions d’enfants moins chanceux que vous dans ce monde qui n’ont pas de merveilleux parents vous avez ! »

Rate this post

Le mariage dont rêvent les mères

Chaque mère espère que sa fille mettra le grappin sur un meilleur mari qu’elle… mais elle est sûre que son garçon ne pourra jamais trouver une aussi bonne épouse que celle que son père aura eue.

Adage de mère

Rate this post