La gendarmerie de proximité

Les perles : la police

Le 27 septembre 1999, la sonnerie du téléphone retentit au Centre d’Opération de la Gendarmerie du Mans. À l’autre bout du fil, une femme a peur. Est-ce un crime commis dans le voisinage quelques jours plus tôt ? La crainte d’une vengeance ? Les suites de menaces proférées au téléphone par un déséquilibré ? Toujours est-il qu’elle ne parvient pas à trouver le sommeil. La présence d’un gendarme la rassurerait. Elle souhaite même que le militaire couche avec elle, afin de la protéger jusque dans son lit. Mais elle promet qu’elle ne le touchera pas. D’ailleurs, en quinze ans de mariage, elle n’a jamais trompé son époux. C’est sans doute ce que l’on entend par gendarmerie de proximité.

La comtesse matrimoniale

Une dame passe une annonce dans un journal matrimonial :
– Comtesse sportive cherche compte courant.

Plus tard quand tu seras veuve…

Une jeune femme passe aux Assises pour avoir tué son mari. Le président lui dit :
– Franchement, je ne comprends pas votre geste, votre mari était jeune et charmant.
– C’est exact, monsieur le président.
– Alors, pourquoi l’avoir tué ?
– C’est lui qui m’a mis cette idée en tête affirme-t-elle.
– Pouvez-vous être plus précise ?
– Mais bien sûr, il ne voulait absolument pas que je m’habille en noir et n’arrêtait pas de dire : « Attends donc d’être veuve ».

Le très vieux couple

Deux personnes très âgées sont sur un banc. D’un coup, le vieil homme dit à la vieille femme :
– Dis donc ! Voilà bien au moins trente ans que nous vivons ensemble.
– Trente ans ! s’exclame la vieille femme, tu n’y es plus, mon pauvre chéri ! Ça fait exactement 57 ans, si tu veux savoir !

Le vieil homme lui dit alors :
– Tu ne crois pas qu’il serait temps que nous pensions à faire quelque chose ? Nous marier, nous pacser ?

Et la vieille femme lui répond :
– J’aimerais bien, moi aussi, mais à notre âge, qui va vouloir de nous ?

Les formalités du mariage

Un jeune homme se présente au père de sa petite amie :
– Je me rends compte qu’il ne s’agit que d’une formalité, lui dit-il, mais verriez-vous un inconvénient à ce que j’épouse votre fille ?
– Qui a dit que c’était UNE FORMALITÉ ? répond le père en colère.
– Son gynécologue… répond le gars.