La trompeuse trompée…

– Mon mari réclame le divorce à son profit, raconte une dame à une amie, alors que c’est parce qu’il m’a menti, que notre union s’est brisée.
– C’est incroyable, ça ! Tu l’as dit au juge ?
– Bien sûr, mais c’est un homme, alors il donne raison à mon mari. Enfin, s’il n’était pas rentré à l’improviste un mardi, alors qu’il m’avait raconté qu’il serait en voyage d’affaires jusqu’au mercredi, jamais il ne m’aurait surprise avec notre voisin de palier !

Un baiser pas volé…

Une très jolie jeune femme demande à un marchand de tissus le prix d’une certaine étoffe. Avec un clin d’œil égrillard, il lui répond :
– Un baiser, le mètre.
– Mettez-m’en dix mètres, fait la cliente, et empaquetez-les moi. Demain matin, mon mari passera prendre le paquet et vous réglera la note.

Il n’y a pas que le fric, mais quand même…

Les perles : la justice

Intervention haute en couleur d’une épouse délaissée, qui se plaignait du non-paiement de la pension alimentaire à l’audience des divorces : « Cet avocat, je le connais, il est avocat à la cour. Et un avocat à la cour, il ne se déplace pas pour rien ! » Comprenez : il a dû coûter cher à mon mari, donc mon mari peut payer la pension. L’épouse était tout ce qu’il y a de plus désintéressée.

Et la mauvaise foi, on en parle ?

Une femme va chez un avocat pour demander le divorce. Il lui dit :
– Il nous faut trouver une bonne raison. Est-ce que votre mari boit ?
– Non ! Je bois trois fois plus que lui !
– Est-ce qu’il vous donne de l’argent ?
– Il n’a pas intérêt à garder un centime, sinon, je lui donne une gifle.
– Est-ce qu’il vous frappe ?
– Non ! C’est plutôt moi qui suis un peu vive !
– Et en matière de fidélité ?
– Alors là, on le tient. Notre deuxième n’est pas de lui !

Oui c’est oui, mais non c’est non !

Un homme arrive au bureau avec un œil poché. Il explique à ses collègues :
– J’avais fait la connaissance d’une jeune femme charmante. Après lui avoir offert quelques verres, je l’ai raccompagné chez elle. C’était merveilleux. Tout en elle disait oui. Son corps disait oui, sa bouche disait oui, ses yeux disaient oui.
– Et alors ?
– Son mari est rentré à l’improviste et il a dit non.