Mon roudoudou…

Un gangster apporte un magnifique bracelet à sa nouvelle maîtresse. En lui sautant au cou, elle s’écrie :
– Oh ! Il est splendide ! Il doit valoir au moins cinq ans !

Un petit problème d’acceptation

Deux copines discutent :
– La famille de mon nouveau mec ne m’apprécie pas du tout, je le vis mal…
– Mince, toute sa famille ?
– Non, surtout sa femme et ses enfants.

C’est tellement vrai

La maîtresse demande à sa classe :
– Qui peut m’expliquer ce qu’est un synonyme ?

Le petit Toto répond :
– Moi, m’dame ! C’est un mot qu’on utilise quand on ne sait pas comment l’autre s’écrit !

Merci ma chérie…

– Maman, je peux te dire un secret, mais il faut le dire à personne.
– Bien sûr, ma chérie, vas-y raconte.
– Mais c’est très important, tu ne dois pas le dire à papa, ni à mamie et surtout pas à la maîtresse.
– D’accord, c’est quoi ?
– Tu me promets de ne rien dire à la maîtresse ?
– Oui !
– Alors voilà, il faut que je te dise : à l’école pour la fête des mères, je vais te faire un pot à crayons.

Les limites de la conjugaison

À l’école :
– Toto, demande la maîtresse, conjugue-moi le verbe « chanter » à la seconde personne du singulier.
– « Tu chantes », madame, dit le petit Toto.
– Bien. Et si c’est ta sœur qui chante, tu diras…
– ARRÊÊÊTE !