Le sens des priorités

Un jeune garçon de ferme a accidentellement renversé son camion de maïs sur la route. Un fermier voisin arrive sur les lieux pour voir ce qui se passe et lui dit :
– Écoute, Willy, laissons tomber tout ça pour le moment. Tu viens à la maison, tu dînes avec nous, et après, je t’aiderai à relever le camion.
– Oh ! merci, c’est très gentil, répond Willy, mais je ne crois pas que papa serait d’accord.
– Allons, ne fais pas de manières !
– Bon, d’accord. Mais ça ne va pas plaire à papa.

Après avoir bien dîné, Willy remercie son hôte :
– Ah ! Je me sens bien mieux mais papa va vraiment être fâché.
– Ne dis pas de bêtises, répond le voisin. Et d’abord, ou il est ton père ?
– Sous le camion.

Le jeune homme et la poule

Un jeune homme un peu original vient un jour consulter le médecin :
– Écoutez docteur, j’ai un problème. Je suis persuadé d’être un grain de maïs et ça me pose des problèmes, car l’autre jour par exemple, je suis passé à côté d’un poulailler industriel et je me suis mis à paniquer à l’idée que les poules veuillent me manger. Vous comprenez, si ça continue, je risque de devenir vraiment fou !

Le médecin l’écoute attentivement et décide de le prendre en main afin de le guérir.

Dix-huit mois plus tard, ils fêtent ensemble dans un bar la guérison du jeune homme, lorsque le médecin improvise un lâcher de poule.

En apercevant les volailles, le jeune homme s’enfuit à toute vitesse.

Le médecin le rattrape :
– Mais qu’est-ce que vous faites ? Vous savez bien que vous n’êtes pas un grain de maïs ! La thérapie, tous ces efforts, tout ce temps… Vous avez compris, non ?
– Oh oui, moi je sais que je ne suis pas un grain de maïs, mais la poule, elle, elle ne le sait pas !