4 novembre 2018 – Bernadette sous biroute

L’assemblée plénière des évêques reçoit des victimes d’abus sexuels… à Lourdes.

dessin d'actualité humoristique de l'assemblée plénière des évêques qui reçoit des victimes d'abus sexuels à Lourdes
4 novembre 2018 – Bernadette sous biroute

Évêque : « … et parmi nous, pas un seul pédophile ! »
Assemblée : « Miracle !! »
(caricature de l’assemblée plénière des évêques)

Le nouveau paralysé

Robert rencontre son vieil ami Bernard. Stupeur ! Celui-ci est en fauteuil roulant…
– Oh mon pauvre qu’est-ce qui t’est arrivé ? Ne me dis pas que tu es paralysé…
– Ne t’inquiète pas, lui répond Bernard en lui faisant un clin d’œil.
– J’ai trouvé une combine super pour gagner du blé : j’ai eu un accident de voiture et j’en ai profité pour simuler une paralysie totale et définitive !
– Ouais cool, répond Robert, Mais comment tu vas faire à l’avenir ? Te voilà condamné à rester en fauteuil en permanence…
– Penses-tu. La semaine prochaine je vais en pèlerinage à Lourdes !

Le miracle de la vie

Un couple essaie depuis des années d’avoir des enfants. Devant le peu de succès de leurs tentatives le mari décide d’en parler au curé.

Le curé lui conseille d’aller allumer un cierge à Lourdes.

Cinq ans plus tard, le curé va rendre visite au couple. Devant le perron, il voit une petite fille s’amuser avec deux petits enfants.

Le curé lui demande :
– Tu habites ici, qui sont ces enfants ?
– Ce sont mes frères.

Sur ce, deux autres petites filles sortent de la maison, le curé demande à nouveau :
– Et ces deux petites filles sont tes cousines ?
– Non, ce sont mes sœurs.

Le curé entre dans la maison et demande à la mère (enceinte) si son mari est là. Elle lui répond :
– Non, il est allé à Lourdes éteindre le cierge…

Le perroquet enregistreur

C’est une femme qui doit partir en pélérinage à Lourdes plusieurs jours et qui confie son perroquet à des amis paysans. Sachant que ceux-ci ont des manières plutôt rustaudes, et connaissant la propension de sa bestiole à ressortir injures et autres vulgarités, elle leur précise de ne pas dire de gros mots devant l’animal.

Cependant, dès le premier jour, un fort orage éclate sur la ferme. Le paysan s’écrie :
– Nom de Dieu, voilà qu’il pleut !
(Le perroquet enregistre aussitôt)

La paysanne qui était sortie pour rentrer l’ânesse, crie à l’intention de son mari :
– L’ânesse veut pas rentrer !…

Le paysan lui dit :
– Enfonce lui le bâton dans le cul, peut-être qu’elle avancera !
(Le perroquet enregistre aussitôt)

Lorsque la femme revient de son pélérinage, elle est touchée par la foi et décide de faire bénir son perroquet.

Rendez-vous est pris à la paroisse. Le jour dit, le curé s’approche de l’animal et lui blance quelques gouttes d’eau bénie avec son goupillon. Aussitôt, le perroquet s’écrie :
– Nom de Dieu, voilà qu’il pleut !
Sous le choc, la propriétaire de l’animal tombe dans les pommes.

Le vieux curé, affolé, les mains sur sa canne en bois, implore le Seigneur à haute voix :
– Mon Dieu mon Dieu, qu’est-ce que je peux faire ?

Et le perroquet lui répond :
– Enfonce lui le bâton dans le cul, peut-être qu’elle avancera !