Le paysan et l’automobiliste arrogant

Un automobiliste, très arrogant, demande à un agriculteur, en train de fumer son champ :
– C’est où, la route pour Villefranche, Machin ? Le paysan s’extasie :
– C’est extraordinaire ! Comment avez-vous pu deviner mon nom ?
– Je suis extralucide, fait l’automobiliste, en s’esclaffant.
– Alors, dit le paysan, en ce cas, tu devineras facilement quel est le chemin pour Villefranche, Ducon !

L’indien enrôlé pendant la seconde guerre mondiale

En 1944, les USA s’apprêtent à débarquer en Normandie et enrôlent à tour de bras pour garnir les troupes d’assaut. Des sergents recruteurs sillonnent le vaste pays et enrôlent le fils du chef indien, qui ne parle que le comanche et ne comprend pas très bien ce qui lui arrive… 2 semaines d’instruction, un parachute sur le dos et hop, largué au-dessus de Ste Mère-Église au petit matin d’un jour de juin…

Naturellement, notre jeune comanche, peu habitué aux délicates manoeuvres d’un parachute de l’époque, dérive gravement et finit par se poser en pleine cambrousse, Complètement perdu, à des kilomètres de son escadron.

Surgit alors un brave paysan. Ebahi mais ravi de voir un G.I. celui-ci plante sa fourche dans le sol et essaie d’entamer la conversation.

– Oh, un américain à c’t’heure ! Salut mon gars ! T’es parachutiste ?

Evidemment, l’autre ne comprends rien et reste bouche bée. Le paysan met alors ses bras au-dessus de sa tête, comme ça, vous voyez, en forme de parachute, et repose la question, sans succès. Avec son index et son majeur, il représente un personnage entrain de marcher et demande :
– T’es fantassin mon gars ?

L’autre, un peu inquiet recule d’un pas sans mot dire. Empoignant une mitrailleuse imaginaire, mais tressautante, il demande :
– T’es mitrailleur peut-êt’ ?

L’autre, de plus en plus circonspect recule de 2 pas. Dans une dernière tentative, le paysan place ses mains en cornet devant ses yeux, comme ceci, à la manière d’une paire de jumelles et demande :
– C’est-y qu’t’es un éclaireur venu pour observer, des fois ?

A ce moment, le G.I. affolé s’enfuit en courant. Déçu, notre brave paysan reprend sa fourche et s’en va de son côté en grommelant. Heureusement, l’histoire se termine bien pour notre héros, qui, après une campagne victorieuse est démobilisé et réexpédié dans sa réserve natale.

Arrivé dans son tipi, son grand sachem de père le questionne sur ses exploits guerriers et lui demande entre autre s’il fut un vaillant guerrier digne de ses ancêtres, n’ayant pas connu la peur.

L’ex-G.I. répond :
– Jamais je n’ai connu la peur, sauf une fois: Le premier homme blanc de là-bas que j’ai rencontré, eh bien figure toi qu’il parlait comme nous ! Et là, j’ai eu vraiment peur. Il m’a dit :
« Quand frère soleil très haut dans ciel,
Quand autres guerriers partis très loin,
Je vais te défoncer le cul.
T’auras les yeux qui te sortiront de la tête. »

Hameçon, épithète et volupté

A la petite école, en banlieue, c’est le jour de la leçon de vocabulaire.
La maîtresse dit aux enfants :
– Aujourd’hui les enfants, nous allons étudier le mot « hameçon ». Ahmed, veux-tu nous raconter une histoire en utilisant ce mot, s’il te plaît ? – Oui Madame. Hier, ji suis alli dans li souk avec mon père. Il y avi beaucoup de monde et beaucoup di marchandises. Et mon père, il m’a offir di babouches.
– Mais Ahmed, tu n’as pas utilisé le mot « hameçon ».
– Attends ci pas fini ! Les babouches, hameçon trop p’tites !
Consternation de la maîtresse…

Le lendemain, leçon de grammaire.
– Aujourd’hui, nous allons étudier l’épithète. Ali, construis-moi une phrase contenant une épithète.
– Oui Madame. Aujourd’hui, il y a du soleil.
– Il n’y a pas d’épithète dans cette phrase, Ali.
– Pas di problème : aujourd’hui, il y a du soleil, épithète que demain il y en aura encore.
Reconsternation…

La maîtresse reprend la parole :
-Bon, les enfants, à nouveau un peu de vocabulaire. faites-moi une phrase avec le mot « volupté » . Vas-y Ali, essaie de racheter tes bêtises…
– Hier, on est allé à la plage avec papa et on a mangé, on a même beaucoup mangé.
– Mais il n’y a pas « volupté » dans ta phrase ?
– Attend, attend, après, papa il a volupté et il a chié dans son froc.

Le couple d’Anglais à Paris

Deux Anglais dans le métro à Paris. Heure de pointe. L’anglaise transpire à grosses gouttes.

Elle se plaint à voix haute : – Pffff…Je suis chaude !

Les hommes autour la regarde avec un sourire étonné et le mari comprend la bourde. Il se sent obligé de corriger :
– Veuillez excuser mon femme, elle ne parle pas très bien la Français, elle voulait juste dire « je suis en chaleur » !