Carton plein sur l’autoroute

Les perles : la police

Il fait très chaud ce matin-là sur la région de Tours. Au peloton d’autoroute, chacun vaque à ses occupations. Le commandant d’unité s’est enfermé dans son bureau et fait ses écritures. L’atmosphère est de plus en plus lourde. Sans doute un orage qui se prépare. Soudain, la sonnerie du téléphone retentit. Au bout du fil, une voix essoufflée annonce : « Y’a un carton sur l’autoroute ! ». Le gendarme de permanence blêmit. Il rend compte immédiatement à son supérieur qui désigne déjà les gendarmes pour rejoindre les lieux. C’est alors que l’interlocuteur précise candidement : « Un très gros carton… Une boîte, quoi ! »

Le respect dans l’armée française

Le sergent-chef Bonnetête doit passer un coup de fil urgent. Il s’apprête à utiliser une cabine téléphonique de la caserne, mais n’a pas de monnaie.

Voilà justement le deuxième classe Patimbert qui arrive en traînant ses Rangers. Le sergent lui demande :
– Soldat Patimbert, est-ce que vous auriez une pièce de 1 franc ?
– À l’aise, Blaise ! répond Patimbert.

Le sergent Bonnetête voit rouge :
– Est-ce que c’est une façon de s’adresser un supérieur ?! Maintenant je vais reposer ma question. Deuxième classe Patimbert, auriez-vous une pièce de un franc à me prêter ?

Et Patimbert :
– Chef, NON chef !

La concurrence du psitaccidé

Un monsieur entre dans une animalerie :
– Excusez-moi, dit-il au vendeur, vous vous souvenez de moi ? La semaine dernière, je vous ai acheté ce perroquet. Eh bien, je vous le ramène.
– Ah bon, pourquoi ? demande le vendeur, il ne parle pas ?
– Au contraire, se plaint le client, il parle trop et ma femme ne supporte pas la concurrence.