La voiture piégée et le piéton

Une voix affolée appelle le commissariat :
– Allô ! Une voiture piégée vient d’exploser devant le 14 rue de la Mairie, juste au moment où un piéton passait à sa hauteur. – Et, fait le policier de service, où est-il, à l’heure actuelle, ce piéton ?
– Rue de la Mairie, avenue du Général de Gaulle, place du Marché, boulevard de la Concorde, square des Bons-Enfants…

Le cheval mort rue Garibaldi

c’est l’histoire d’un bègue qui trouve un jour un cheval mort dans la rue, juste en face d’où il habite, Il décide de téléphoner au commissariat…
[dring-Drrrrring] (ça c’est le téléphone qui sonne chez les flics)
– Bbb..bbb.bbb…bonjj jj…bonjour ! C’est…c’est…c’est… c’est l’co..co…co…commisss…missariat ?
– Allô ? Oui c’est bien le commissariat. Que voulez-vous ?
– Y..y..y…y’a un che..che..che..cheval mm..mm..mm..mort a la rr…rr..rrue Gaga…Ga..Gaga..Gaga…
– A la rue Garibaldi ?
– Nnnon ! A la rr…rr..rrue Gaga…Ga..Gaga..Gaga…
– Bon, écoutez: je n’ai pas que ça à faire, hein ? Alors bonne journée ! [clac !] (ça c’est le flic qui raccroche) Cinq minutes plus tard :
[dring-Drrrrring] (ça c’est le téléphone qui sonne chez les flics)
– Bbb..bbb.bbb…bonjj jj…bonjour! C’est…c’est…c’est… c’est l’co..co…co…commisss…missariat ?
– Allô ? Oui c’est bien le commissariat. Que voulez-vous ?
– Y..y..y…y’a un che..che..che..cheval mm..mm..mm..mort a la rr…rr..rrue Gaga…Ga..Gaga..Gaga…
– À la rue Garibaldi ?
– Nnnon ! A la rr…rr..rrue Gaga…Ga..Gaga..Gaga…
– Bon, écoutez: je n’ai pas que ça à faire, hein ? Alors bonne journée ! [clac !] (ça c’est le flic qui raccroche)
Puis encore cinq minutes plus tard :
 [dring-Drrrrring] (ça c’est le téléphone qui sonne chez les flics)
– Bbb..bbb.bbb…bonjj jj…bonjour ! C’est…c’est…c’est… c’est l’co..co…co…commisss…missariat ?
– Allô ? Oui c’est bien le commissariat. Que voulez-vous ?
– Y..y..y…y’a un che..che..che..cheval mm..mm..mm..mort a la rr…rr..rrue Gaga…Ga..Gaga..Gaga…
– À la rue Garibaldi ?
– Nnnon ! A la rr…rr..rrue Gaga…Ga..Gaga..Gaga…
– Bon, écoutez: je n’ai pas que ça à faire, hein ? Alors bonne journée ! [clac !] (ça c’est le flic qui raccroche)
Enfin, UNE HEURE PLUS TARD :
[dring-Drrrrring] (ça c’est le téléphone qui sonne chez les flics)
– Bbb..bbb.bbb…bonjj jj…bonjour ! C’est…c’est…c’est… c’est l’co..co…co…commisss…missariat ?
– Allô ? Oui c’est bien le commissariat. Que voulez-vous ?
– Y..y..y…y’a un che..che..che..cheval mm..mm..mm..mort a la rr…rr..rrue Gaga…Ga..Gaga..Gaga…
– À la rue Garibaldi ?
– Ouiiiiiii! A la rr..rrue Gaga…Ga..Gaga..Garibaldi !
– Mais il fallait nous le dire plus tôt ! Enfin, pourquoi avoir attendu aussi longtemps ?
– Il a ff..ff..ffallu qu..qq..q.que j.. je. jj..j que jj.. que je le déplace !

La narcolepsie et la justice

Avant de constituer un jury d’assises, le président demande aux personnes désignées par le sort si elles ne présentent aucune affection, susceptible de les empêcher d’accomplir leur tâche.
– Moi, répond un homme, je souffre de narcolepsie. Je crains de ne pas pouvoir me retenir de dormir pendant les audiences. – C’est effectivement fort ennuyeux pour un juré, répond le magistrat. En revanche, ce mal est très répandu parmi les juges et je peux vous assurer que cela n’a jamais nuit à la bonne administration de la justice.