Du plaisir en silence

Une nana, un mec :
– Chéri, il faut que tu arrêtes de crier quand on fait l’amour.
– Si je crie, c’est que je prends du plaisir !
– Peut-être mais moi, ça me réveille…

18 mai 2019 – Et à quand un impôt sur la connerie ?

dessin d'actualité humoristique sur les avis de Christophe Barbier
18 mai 2019 – Et à quand un impôt sur la connerie ?

Christophe Barbier : « Je propose qu’on instaure un impôt de solidarité sur les pauvres et qu’on taxe les congés payés ! Comme ça, les pauvres seront incités à s’enrichir ! Oups ! J’ai joui… »
(caricature de Christophe Barbier)

Christophe Barbier a des avis sur tout mais n’est expert de rien.

Zaïtchick

Du travail par tonnes

« Il n’y a vraiment aucun plaisir à n’avoir rien à faire. Ce qui est jouissif, c’est d’avoir une tonne de travail et de ne pas le faire. »

John W. Raper

La femme de cauchemar

Les perles : les petites annonces

« Femme de 40 ans, j’aimerais rencontrer l’homme avec qui je pourrais passer les dix prochaines années et avec qui je pourrais jouir des plaisirs de la vie et transformer ses rêves en cauchemar ! »

Un doigt de Rothschild

Papa Rothschild, le banquier, a son fils qui va bientôt se marier. Il le prend à part et lui dit :
– Simon, mon fils, je ne t’ai jamais parlé de la vie, il est temps de te faire certaines révélations. Connais-tu au moins les doigts de la main ?
– Oui papa, il y a l’index, le majeur, le…
– Non, non, ce n’est pas ça, écoute bien, Simon mon fils.
– Oui papa.
– Il y a le doigt du voyage, le doigt de la direction, le doigt de la jouissance, le doigt du mariage et le doigt de la distinction, Simon mon fils.
– Oui papa et quels sont-il ?
– Le doigt du voyage, c’est le pouce, celui que tu lève quand tu fais du stop… Le doigt de la direction, c’est l’index, celui que tu lèves quand tu veux montrer quelque chose… Le doigt du mariage, c’est l’annulaire, c’est dans celui-ci que tu glisses l’alliance, Simon mon fils… Le doigt de la distinction, c’est l’auriculaire, c’est celui que tu lèves quand tu bois une tasse de thé… Et enfin, le doigt de la jouissance, c’est le majeur, celui-là tu le mouilles dans ta bouche et tu comptes les billets, Simon mon fils.