31 mai 2019 – Tout l’monde s’éclate à la djihad…

dessin humoristique sur la condamnation à mort de sept djihadistes français en Irak
31 mai 2019 – Tout l’monde s’éclate à la djihad…

Sept djihadistes français condamnés à mort en Irak.
Irakien : « On les fera sauter pour le 14 juillet. »
(caricature de djihadistes français en Irak)

Ils auraient mieux fait de partir en colo au Yémen.

Zaïtchick

Les plus vieilles blagues du monde

La plus vieille blague du monde a 3900 ans. Elle montre que l’humour scatologique était déjà en vogue chez les Sumériens, un peuple qui vivait dans ce qui est aujourd’hui le sud de l’Irak.

La très sérieuse université de Wolwerhampton, en Angleterre, a publié ce jeudi le classement des dix plaisanteries les plus anciennes du monde. Et la plus vieille blague, si on peut appeler ça ainsi, date de 1900 avant Jésus-Christ et suggère que l’humour scatologique était déjà en vogue chez les Sumériens, un peuple qui vivait dans ce qui est aujourd’hui le sud de l’Irak.

L’inscription, une fois traduite, signifie ceci :
« Une chose qui n’est jamais arrivée depuis des temps immémoriaux : une jeune femme s’est retenue de péter sur les genoux de son mari. »

En deuxième place, on retrouve une blague égyptienne qui date de 1600 avant Jésus-Christ, qui évoque le pharaon Snofru :
« Comment divertir un pharaon qui s’ennuie ? Tu fais voguer sur le Nil un bateau ayant pour toute cargaison des jeunes femmes simplement vêtues de filets de pêche et tu presses le pharaon d’aller à la pêche. »

Autre blague d’un autre âge, celle-ci :
« Qu’est-ce qui pend sur la cuisse d’un homme et aime à pénétrer dans un trou dans lequel il a l’habitude de pénétrer ? Réponse : une clé. » Soit la plus vieille blague anglaise, qui date du Xe siècle.

Le Dr Paul McDonald, l’auteur de ce travail universitaire et maître de conférence, explique, le plus sérieusement du monde, que «les plaisanteries ont varié au cours des siècles, certaines prenant la forme de devinettes, d’autres de mots d’esprit ou d’énigmes […] Leur point commun, néanmoins, est une volonté de transgresser les tabous et un certain degré de rébellion.»

La guerre de Bush en Europe

Le Président George Bush est assis dans le fauteuil de son bureau Ovale, en train de se demander quel pays il pourrait bien envahir à la suite de l’Irak pour se faire à nouveau réélire les Républicains à l’issue de son second mandat…

Quand tout à coup, son téléphone se met à sonner…
– Bonjour, Monsieur le Président, dit une voix avec un fort accent belge. C’est Willy Vandeputte, président du cyclo-club namurois en Belgique. Fieu, je t’appelle pour te dire que que nous déclarons officiellement la guerre aux États-Unis !
– Hem, eh bien Willy, répond Dobelyou, c’est en effet une nouvelle importante ! Quelle est la taille de votre armée ?
– En ce moment, répond Willy après un moment de réflexion, on est moi, mon cousin Rudy, Eddy mon voisin d’à côté, et toute l’équipe du vélo-club namurois. Ça fait huit !

George l’arrête :
– Je dois vous dire Mister Vandeputte, que j’ai un million d’hommes dans mon armée qui n’attendent que mon ordre pour envahir la Belgique.
– Gotferdom, s’exclame Willy. Faut que je te rappelle, fieu !
Et il raccroche.

Évidemment, le jour suivant, Willy appelle à nouveau Bush :
– M. Bush, la déclaration de guerre est toujours d’actualité ! Nous sommes parvenus à acquérir de l’équipement d’infanterie !
– Et quel équipement avez-vous donc à présent M. Vandeputte ?
– Eh bien, nous avons deux moissonneuses-batteuses, un caterpillar, et le tracteur et la remorque de la ferme de Jeff.

Le Président Bush soupire.
– Je dois vous dire, Willy, que j’ai 16.000 chars Abrahams et 14.000 blindés légers. En outre, j’ai rappelé les réservistes de la Garde Nationale, et mon armée compte 500.000 hommes de plus que depuis notre dernier coup de fil.
– Potverdek, lâche Willy, je vais te rappeler, laisse-moi un jour ou deux !

Comme il fallait s’y attendre, Willy rappelle le jour suivant :
– Président Bush, la guerre est toujours pour demain ! Nous avons monté notre propre flotte aéronautique nous même ! Nous avons récupéré l’avion d’épandage de pesticides de la coopérative et on a mis tous nos fusils de chasse dans l’habitacle, soyez prêts à recevoir des pruneaux, des plombs, et même une bonne dose de D.D.T. s’il le faut !

Deubeulyou reste silencieux un moment, puis il se racle la gorge et dit :
– Monsieur Vandeputte, l’armée U.S. compte 10.000 bombardiers et 20.000 avions de combat. De surcroit, mon dispositif militaire est secondé par des batteries de missiles sol-air à guidage laser. Et depuis que nous avons parlé ensemble la dernière fois, j’ai fait passer mon armée à deux millions d’hommes !
– Jésus, Marie, Joseph ! renacle Willy, j’vais t’rappeller.

Comme prévu, le jour suivant, Willy rappelle Deubeulyou :
– Président Bush ! Je suis désolé de devoir vous dire qu’on va devoir faire une croix sur cette guerre.
– Oh, je suis bien triste d’entendre ça, répond Bush. Et quelle la raison de ce revirement si soudain ?
– Eh bien, monsieur, avoue Willy, on s’est tous assis autour d’une bière avec les copains et on a eu une longue conversation. Après quelques pintes de Chimay, on en est arrivé à la conclusion qu’on ne trouverait jamais assez de place et de nourriture par chez nous pour deux millions de prisonniers !

Perdre avec classe et dignité !

Un soldat en poste en Irak a récemment reçu une lettre de sa petite-amie, aux États- Unis.

Elle disait ceci :
« Cher Ricky, Je ne peux pas poursuivre notre relation. La distance entre nous est simplement trop grande. Je dois admettre que je t’ai trompé deux fois depuis que tu es parti et cela n’est juste pour aucun de nous. Je suis désolé. Merci de me renvoyer la photo de moi que je t’avais adressée. Bises. Becky. »

Le soldat, à qui ça avait fait vraiment mal, a demandé à ses collègues de lui donner autant de photos que possible de leurs petites-amies, sœurs, ex, tantes, cousines, etc…

À la photo de Becky, il ajouta toutes les photos de jolies filles fournies par ses copains.

Il y avait 57 photos dans cette enveloppe… avec ce petit mot :
« Chère Becky, je suis désolé, mais je ne me souviens pas de qui tu es. Merci de prendre ta photo dans la pile, et de me renvoyer les autres. Bien à toi. Ricky. »

10 juin 2018 – Wauquiez à Mossoul

dessin d'actualité de Laurent Wauquiez à Mossoul
10 juin 2018 – Wauquiez à Mossoul

« Pour que la France reste la France. »
(caricature de Laurent Wauquiez)