indiens

Publicité

La soirée exotique des deux Belges

C’est deux Belges qui viennent de prendre leur apéritif dans un bar. Ils décident d’aller ensuite manger au restaurant mais n’arrivent pas à choisir où.

L’un des deux propose :
« Si tu veux, j’te paye un resto indien ».

Le deuxième n’a pas l’air emballé. Pour le convaincre, le premier ajoute :
« Mais si, tu verras, c’est très très bien ! Et puis, moi, j’adore manger épicé ! »

Alors l’autre accepte :
« Oui, d’accord, mais il y a quand même deux inconvénients : Je ne sais pas faire deux choses en même temps et il va falloir trouver une table vachement près des toilettes ! »

La technique de l’indien

Deux cow-boys qui convoyaient du bétail dans les plaines de l’Ouest distinguent la silhouette d’un Indien couché sur le sol. Ils se rapprochent et voient finalement que le Comanche est à plat ventre, l’oreille collée contre le sol. Les cow-boys s’arrêtent et l’un dit à l’autre :
– Tu vois cet Indien, il est en train d’écouter les vibrations du sol. Il est capable de déterminer si un cavalier ou un attelage arrive et à quelle distance il se trouve.

A ce moment là, l’Indien relève la tête et dit :
– Chariot couvert, à deux miles, plein sud. Deux chevaux, un bai brun et un alezan. Un homme, une femme, deux enfants avec affaires dans chariot.
– Incroyable !!! S’exclament en cœur les cow-boys. Cet Indien est tout bonnement incroyable ! C’est époustouflant ! Comment peut-il savoir tout ça ?

Alors l’Indien relève la tête et dit :
– Chariot rouler sur moi il y a une demi-heure…

La panne dans la réserve indienne

Une touriste qui voyage en voiture dans une réserve indienne tombe en panne. Justement, un Indien est là. Elle lui fait signe. Il s’approche, soulève le capot, jette un coup d’œil. – Vous avez pété une durite, lui dit-il, mais ce n’est pas grave. Passez-moi une couverture. Avec toute la fumée qui s’échappe, je vais lancer un message pour appeler un mécanicien.