L’épreuve de mariage du rabbin

Un jeune goy fréquente la fille du rabbin Goldenberg et veut se marier avec elle. Pour ce faire il a besoin de l’autorisation du père. En allant faire sa demande officielle chez le père de la jeune fille, le rabbin lui explique :
« Nous sommes juifs et nous avons une forme particulière de faire les choses. Si tu veux te marier avec ma fille tu dois d’abord passer une petite épreuve. Prends cette orange et reviens demain. »

Le gars sort de là extrêmement surpris.

Le lendemain il revient voir le rabbin.
– Très bien, dit le père, qu’as-tu fait de l’orange ?
– Je l’ai mangée, j’avais faim.

Le rabbin réplique :
« Très mal ! Tu vois, chez nous, on épluche l’orange et avec la peau nous faisons une délicieuse liqueur. Nous coupons ensuite l’orange en deux, donnons la moitié aux pauvres et l’autre moitié nous la répartissons dans la famille. La moitié des pépins nous les vendons au marché, l’autre moitié nous les gardons pour semer. Tu vois comme nous sommes ?… Bon, je vais te donner une autre opportunité. Prends ce saucisson et revient demain. »

Le gars sort, un peu en rogne et revient le lendemain :
– Alors qu’as-tu fait du saucisson ?
– Avec le cordon, j’ai fait des lacets pour mes chaussures, avec le petit métal gravé j’ai fait un pendentif pour votre fille. J’ai coupé le saucisson à moitié, j’ai donné la moitié aux pauvres et l’autre moitié je l’ai répartie dans la famille.
– Très bien ! s’extasie le rabbin. Et qu’est-ce que tu as fait de la peau ?
– Avec la peau j’ai fait un préservatif, j’ai tiré un coup avec votre fille et je vous apporte le lait pour faire un lait russe !

Le prix de la bite

C’est trois copains de régiment qui veulent aller aux putes un soir de permission. Ces trois copains sont un goy, un black et un juif. Les trois gars discutent un peu le coup avec la première prostituée qu’ils trouvent, et comme les clients sont rares et que les copains sont joueurs, il est convenu que le paiement des prestations se fera « au centimètre » et non pas au forfait… Lorsque le goy sort de la chambre, les deux autres lui demandent combien il a payé. Le blanc répond : 300 balles

Lorsque le noir sort de la chambre, il est tout fier d’annoncer aux autres qu’il a payé 400 balles.

Finalement, c’est au tour du juif d’annoncer combien il a du payer :
– Moi j’ai payé 50 balles seulement …

Naturellement, les deux autres se foutent de sa gueule ! Alors le juif ajoute :
– … Ouais, moi je suis moins con que vous, j’ai payé à la sortie, pas à l’entrée !

Ce n’est qu’un détail

Cela se passe dans une école talmudique, le rabbin explique à ses jeunes élèves la distinction entre le peuple élu et les goys. Puis pour voir si tout le monde a bien compris, il demande :
– Et pourquoi Dieu a-t-il créé les goys alors ?

Et du fond de la salle, le cancre près du radiateur répond :
– Parce qu’il fallait bien quelqu’un pour acheter au détail.