Le grand changement

Les perles : la politique

« Nous autres communistes nous avons une position claire, nous n’avons jamais changé, nous ne changerons jamais : nous sommes pour le changement ! »

(Georges Marchais, 1980)

Le paradis de François Mitterrand

C’est Mitterrand qui arrive au paradis. Saint Pierre lui demande s’il veut entrer par la porte de gauche ou celle de droite. Bien sûr Mitterrand choisit celle de gauche mais demande tout de même la différence entre les deux.

Saint Pierre lui ouvre la gauche. C’est un long couloir avec, au sol des charbons ardents et des hallebardes qui se balancent sur toute la longueur !

Mitterrand demande alors à voir la porte de droite. Saint Pierre ouvre et on peut voir que c’est aussi un couloir avec au fond Marchais qui sodomise Brigitte Bardot.

Mitterrand décide sans hésiter de prendre par la droite.

Alors Saint Pierre dit au micro : « Après Madame Bardot, ce sera le tour de Monsieur Mitterrand… »

Les contremaîtres du sovkhoze

Du temps de l’ex-URSS, Georges Marchais était en voyage d’étude dans la région de Moscou. On l’emmène visiter une ferme d’état (un sovkhoze) spécialisé dans la production laitière.

Georges, aidé d’un interprète, interroge un des vachers :
– Alors dites moi, combien de personnes travaillent ici ?
– Avec les contremaîtres, ça doit bien faire une centaine de personnes
– Et sans les contremaîtres ?
– Sans les contremaîtres, personne !