Les femmes dans l’armée

« Nous avons des femmes dans l’armée, mais personne ne sait vraiment si elles seraient capables de se battre et de tuer. Je pense moi que les femmes en seraient capables. Tout ce que le général aurait à faire, ce serait d’aller devant ses troupes féminines et de leur dire : « Vous voyez l’ennemi là-bas ? Ils ont dit que vous aviez l’air grosses dans ces uniformes ». »

Elayne Boosler

Trompé en général

Un général va mourir. Près de lui, sa femme pleure à chaudes larmes et ce spectacle émeut le vieux militaire qui se sent des remords.
– Ma chérie, il faut que tu saches, murmure-t-il. Je t’ai trompée deux fois au cours de nos cinquante ans de mariage.
– Moi aussi, chéri, je t’ai trompé deux fois, dit la générale. Une fois avec un charmant sous-lieutenant d’artillerie, une autre fois avec le vingt- huitième régiment de hussards.

Le divorce général

Devant le juge des divorces, la femme d’un général en retraite explique :
– Je n’en peux plus : mon mari a l’habitude de chanter dans son bain.
– Je ne vois pas là un motif de divorce.
– Vous croyez, peut-être, gémit la dame, que c’est facile de l’accompagner au clairon, comme il l’exige, tout en lui savonnant le dos avec l’autre main ?

La statue équestre

En découvrant la statue d’un général, natif de la ville, le maire s’étonne :
– C’est bien la première fois que je vois une telle composition : d’un côté un cheval cabré et, allongé par terre, le héros à honorer.
– C’est que, explique le sculpteur, en lisant tous les livres qui lui ont été consacrés, j’ai appris que le général avait toujours été très mauvais cavalier.

Le pénis de Charles De Gaulle

Lorsque le général De Gaulle décida de se retirer de la vie publique et politique, l’ambassadeur britannique et sa femme invitèrent M. et Mme De Gaulle à un dîner donné en leur honneur.

À la table des hôtes, Madame l’ambassadeur entretenait la conversation avec Madame De Gaulle :
« Votre mari a été et est encore un homme politique vraiment très important. Il est exceptionnel qu’une personne ait une telle présence en France et sur la scène internationale pendant autant d’années ! Comme la retraite va vous sembler calme en comparaison du rythme de vie que vous aviez précédemment. Qu’est-ce que vous attendez le plus de ces années que vous allez passer à Colombey ? »

« A penis », répondit Madame De Gaulle.

Un silence assourdissant (sic) envahit alors la salle. Tout le monde avait entendu la réponse faite par Yvonne De Gaulle et personne n’en croyait ses oreilles…

Charles De Gaulle brisa alors le froid ambiant en se penchant vers son épouse et en lui disant :
« Ma chérie, je crois que nos amis anglais prononcent ce mot différemment. Ils disent ‘Happiness!’ »