La garce ou le salaud ?

Une brave dame se confie, presque en pleurs, à la gardienne de son immeuble.
– Vous savez, j’ai bien remarqué que cette créature qui vient de s’installer au sixième, aguiche mon mari ! Et ça me tourmente tellement, que cette nuit, j’ai rêvé qu’il était dans ses bras !
– Mais voyons, remarque la concierge, ce n’est pas grave, ce n’est qu’un rêve !
– Bien sûr, mais si dans mes rêves à moi, il est dans ses bras, qu’est-ce qu’il doit faire dans ses rêves à lui !

Nique ta mère

Un petit vieux, dans un bar, s’adresse à trois gars dans la force de l’âge :
– Et ben, moi, j’ai baisé votre mère, moi !
Silence gêné dans le bar, les trois gars font comme s’ils n’avaient pas entendu.

Une bière plus tard, le vieux revient à la charge :
– Vous entendez ? Je l’ai eue à chaque fois que j’ai voulu ! Par devant, comme par derrière !
Re-silence.

Re-bière. Rebelote :
– Et elle criait ! Et c’est qu’elle aimait ça la garce !

Alors, un des gars :
– Allez, viens Papa. Je te ramène à la maison, t’es saoul.

La complexité des vacances

De retour de Grèce, un type raconte ses vacances à son collègue :
– C’était super… Le Parthénon, les îles, l’Acropole…
– Et alors, avec les Hellènes, ça a marché ?
– Heu… non, j’en ai pas vus !

En rentrant chez lui, il regarde dans le dictionnaire à « Hellènes » et se dit : flûte ! Je suis trop bête… ce sont les Grecques. Forcément que j’en ai vus !

L’année suivante, notre bonhomme part en vacances en Suisse. A son retour au bureau il raconte à son ami :
– Ah ! la Suisse. Les montagnes, les chocolats…
– Et alors, avec les Helvètes, ça a marché ?
– Heu… non, j’en ai pas vus !

Le soir, il consulte le dico et soupire : je suis aussi bête que l’an dernier, ce sont les Suisses et je n’ai vu que ça !

Les vacances suivantes, il part pour l’Égypte. A peine revenu au bureau, son copain lui demande :
– Alors, l’Égypte et les pyramides ?
– Pfff… les pyramides, toutes des garces !

On est si peu de choses…

Au moment de payer ses achats, la cliente se rend compte qu’il lui manque un centime d’euro pour faire l’appoint.
– Ne vous tracassez pas pour si peu, lui dit la vendeuse, vous me le rendrez quand vous viendrez la prochaine fois.
– Et si je meurs d’ici là ?
– Oh ! répond la vendeuse, ce ne sera pas une grosse perte.

Le chauffeur de bus de Toto

Le petit Toto prend le bus matin et soir pour se rendre à l’école.

Il n’a pas de copain et s’assoit toujours seul, juste derrière le chauffeur. Et tout au long des trajets, il récite une litanie du style :
« Si mon papa était un cerf et ma maman une biche, je serais un faon ;
Si mon papa était un cheval et ma maman une jument, je serais un poulain ;
Si mon papa était un taureau et ma maman une vache, je serais un veau… »

Et ça dure comme ça tout du long du trajet, et c’est comme ça tous les jours de l’année…

Alors un soir, alors que le gamin commence son monologue :
– si mon papa était un coq et ma m…

Le chauffeur du bus, excédé, l’interrompt :
– Et si ton père était un gros fumier et ta mère une sale garce, qu’est-ce que tu serais, hein ?
– Je crois que je serais chauffeur de bus…