Le 4×4 poussif

Chez le garagiste :
– Je ne sais pas ce qu’elle a, elle ne veut absolument pas démarrer.
– Mais comment avez-vous fait pour l’amener jusqu’à mon garage puisqu’elle ne démarre pas ? s’étonne le garagiste.
– En la poussant avec ma femme. Mais avant, vu son poids, j’ai entièrement démonté le moteur. C’est que c’est lourd, un 4 x 4 ! Je ne pense pas que ce soit très grave. Les bougies, à coup sûr. Vous pensez que nous avons le temps de boire un café avant de la récupérer ?

Une épave de blonde

Une blonde voulait vendre sa vieille voiture, mais elle avait beaucoup de difficultés, car sa voiture affichait 250.000 km au compteur. Après maintes réflexions, elle décide de demander conseil à une bonne amie. La brunette lui dit :
– Es-tu prête à faire quelque chose d’illégal ?
– Oui, je veux la vendre à tout prix.
– Tu vas aller voir mon ami Tony qui est mécanicien. Il va mettre ton compteur à 50.000 km.

La blonde va voir Tony, et Tony remet le compteur de l’épave à 50.000 km.

Quelques jours plus tard, la brunette demande à la blonde :
– Alors, tu as vendu ta voiture ?
– Tu es folle ! Maintenant qu’elle a 50.000 km, je la garde !

Les vis qui se cachent

Les perles : les assurances

« Selon le garagiste, mon accident serait dû à des vis cachées, mais il ne m’a pas dit où. »

Sûr d’avoir écrit ?

Les perles : les assurances

« Je vous écris pour vous écrire que j’ai écrit à mon garagiste. »

Pendu dans son garage

Les perles : la police

Coup de frayeur pour un chauffeur routier circulant sur la RN 4 qui, alors qu’il traverse, au volant de son 38 tonnes, une agglomération, aperçoit un homme pendu au fond de l’atelier d’un garagiste.

N’ayant ni la berlue, ni bu un coup de trop, il bondit sur son portable et alerte les secours, les gendarmes appellent le garagiste qu’ils connaissent bien. Y a-t-il bien un pendu chez lui ? Oui, rétorque sérieusement le garagiste, ajoutant qu’il vient de se marier récemment ! les gendarmes sont interloqués par cette réponse.

En fait de pendu, il s’agit d’un mannequin qui lui a été offert lors de ses noces et qu’il a cru bon d’accrocher au fond de son atelier en signe de porte-bonheur. A défaut de pendre la crémaillère !