Logique fermière

À la ferme :
– Dites-donc, Père Antoine, pourquoi est-ce que vous bourrez votre cochon à le faire éclater un jour, et le lendemain, vous ne lui donnez rien du tout à manger.
– Ben ! Vlà, M’sieu ! c’est que j’aime à avoir du lard bien assorti, une couche d’gras et puis une couche d’maigre.

La vache et le parisien

Un fermier dit à une Parisienne en quête de clichés hors-série :
– Je vais vous donner l’occasion de réaliser en dix secondes, deux photos formidables. D’abord, prenez donc en grand angle votre mari en train d’agiter un chiffon rouge sous le nez de cette vache là-bas, dans le pré…
– Et la deuxième photo ?
– Prenez au téléobjectif la tête de votre mari quand je lui crierai : « Ce n’est pas une vache mais un taureau ! »

La loyauté du cochon

C’est un cochon dans une ferme qui entend le fermier dire :
– Si le cheval ne se lève pas dans trois jours, on le tue.

Alors le cochon s’empresse d’aller le dire à son copain le cheval gravement malade :
– Lève-toi vite, si dans trois jours tu ne t’es pas levé il va te tuer !

Le cheval essaie de se lever le premier jour mais n’y arrive pas. Il essaie de se lever le deuxième jour mais n’y arrive toujours pas. Le troisième jour le cochon essaie de le pousser de toutes ses forces et le cheval essaie une dernière tentative et réussi !

C’est alors que le fermier tout content dit :
– Super ! Pour fêter ça, on va tuer le cochon !

La vache au taureau

À la campagne, un paysan rencontre un enfant qui tire une vache, et lui demande où il va :
– J’emmène la vache au taureau, répond l’enfant.
– Ben… C’est pas ton père qui fait ça ?
– Si, si, très souvent, mais la vache préfère le taureau…

Les dangers de la paille

Les perles : les assurances

« En portant une botte de paille à l’étable, un brin m’est entré sous l’oncle et c’est mon frère qui m’a conduite à la pharmacie. »