Les nudistes du vieux fermier

Un vieux fermier possédait une grande ferme depuis plusieurs années.

Il avait un grand étang en arrière et il l’avait bien arrangé : des tables de pique-nique, des terrains de jeux, etc… L’étang était propre et sain pour la baignade.

Un soir, le vieux fermier décide d’aller à l’étang puisqu’il n’y avait pas été depuis longtemps. Comme il approche, il entend des voix crier et rire.

Il s’approche un peu plus et voit un groupe de jeunes femmes nues se baignant dans l’étang.

Il fait alors connaître sa présence et les femmes se dépêchent d’aller dans la partie profonde de l’étang.

Une des femmes lui crie : « On ne sortira pas tant que vous ne serez pas parti. »

Le vieil homme réplique : « Je ne suis pas venu ici pour regarder de jeunes femmes sortir nues de l’étang. Je suis seulement ici pour nourrir l’alligator. »

Et c’est ainsi que le vieux a pu voir toutes les jeunes femmes sortir très rapidement sans passer pour un voyeur et sans se fatiguer. En vieillissant, il faut trouver des trucs pour ne pas se fatiguer…

Rate this post

Le citadin et les filles du paysan

Un gars de la ville, sans travail et sans argent, va à la campagne chercher refuge et nourriture le temps que la dèche le lâche un peu. En arrivant à une ferme, où bien sûr il demande abri et de quoi se remplir la panse, un fermier lui prête bonne oreille.
« Je te loge et te nourris, mais tu travailleras pour ta pitance. Autre chose de très important, j’ai deux filles, et si tu touches l’une d’entre elles, tu es mort ! »

Le gars de la ville accepte. Bien repu, il va dormir à la grange afin d’être frais et dispos pour le lendemain. À la première heure le fermier va le chercher et l’amène aux champs afin qu’il gagne sa pitance.

Voyant les chaussures de notre citadin, le fermier n’en revient pas.
« Tu ne pourras jamais travailler avec ce genre de godasses ! Va donc dans la chambre des filles, dans la garde-robe tu trouveras des bottes : mets-les et reviens vite. »

En arrivant dans la chambre, et voyant les belles à demi vêtues et encore endormies, il ne peut résister et entreprends de bien servir la première des filles. N’ayant recu pour ainsi dire pas de résistance avec la première, il ose entreprendre la deuxième.

Malheur, il y a résistance, elle se met à crier :
« Tu ne peux pas faire cela mon père va te tuer ! »
« Mais non », dit-il, « c’est lui qui m’envoie, tu vas voir… ».

Il va à la fenêtre, l’ouvre et crie :
« Hé le père, je les mets toutes les deux ? »

Et le père répond :
« Bien sûr, crétin ! »

Rate this post

L’instinct des mouches à merde

Par un beau jour d’été, le père Mathieu a décidé de vider son tas de fumier qui trônait au beau milieu de sa ferme, et d’aller l’épandre sur les chaumes.

Mais l’épandeur à fumier du père Mathieu n’est pas de première jeunesse et pour comble de malchance, il casse un essieu juste devant la mairie, au beau milieu de la rue principale du village. Naturellement, voilà tout le fumier par terre…

Le garde champêtre arrive aussitôt et commence à lui dresser un procès-verbal, agrémenté d’une amende pour « Dépôt de matières fécales sur une voie communale et entrave à la circulation ».

Pendant qu’il écrit sur son carnet à souche, le garde champêtre se retrouve environné de mouches à merde (des grosses ‘mouq à brin’, comme y disent-te par chi), et énervé comme pas possible, il se met à jurer et fouetter l’air de ses mains dans l’espoir de les faire partir, mais rien n’y fait.

Le père Mathieu voyant les déboires du garde lui dit :
– Tu sais comment on appelle ces mouches ? Des mouches à cul… Et tu sais pourquoi on les appelle comme ça ? Parce qu’elles sont toujours en train de voler autour du cul des vaches !
– Holà père Mathieu, ça serait-y que tu m’aurais traité de « cul de vache ? »
– Ho ben non mon gars… mais ces mouches là, on les trompe pas !

Rate this post

La panne du représentant

Tout le monde connaît des blagues sur les représentants de commerce, en particulier ceux qui se retrouvent bloqués dans des congères, en plein Cantal au plus fort de l’hiver. Et c’est justement ce qui vient d’arriver à notre héros : voilà sa voiture bloquée sur une petite route de campagne avec aucune ville alentours…

Le gars quitte sa voiture et marche pendant plusieurs heures sans rencontrer rien ni personne. Puis il arrive enfin dans une ferme, transi de froid. Il frappe à la porte, et un vieux fermier à l’air bon enfant lui ouvre et le fait rentrer.

Le représentant lui demande s’il peut manger et passer la nuit là.

Alors le vieux lui répond
« Mais ben sûr mon gars que j’vas t’donner un lit pour dormir. Mais autant qu’tu l’saches tout d’suite : j’suis pas marié, j’ai donc pas d’femme ni d’fille superbe que tu pourrais te faire dans mon dos, comme ça arrive toujours dans les blagues de représentant de commerce… »

Le représentant réfléchit un moment puis répond :
« Ah… Et la prochaine ferme est loin d’ici ? »

Rate this post