Les lois féminines

La loi féminine (qui la fait, comment l’appliquer, peut-on la connaître vraiment).

1. Les femmes font toujours la loi.

2. La loi peut être changée à n’importe quel moment, et sans annonce préalable.

3. Il est impossible pour un homme de connaître toute la loi.

4. Si une femme pense que son homme connaît toute la loi ou presque, elle doit immédiatement la changer.

5. La femme n’a jamais tort.

6. Si la femme a tort, c’est certainement à cause d’un malentendu provenant d’une chose que l’homme a dite ou faite.

7. Si la règle numéro 6 doit être appliquée, alors l’homme doit immédiatement s’excuser pour avoir causé ce malentendu.

8. La femme a le droit de changer d’avis n’importe quand.

9. L’homme n’a pas le droit de changer d’avis, sauf consentement écrit donné par la femme.

10. La femme a le droit d’être énervée ou en colère quand bon lui semble.

11. L’homme doit toujours rester calme, à moins que la femme veuille qu’il soit vraiment en colère.

12. En aucun cas la femme ne doit laisser deviner à l’homme si elle veut qu’il reste calme, qu’il s’énerve ou qu’il se mette en colère.

13. Toute tentative pour divulguer ces règles pourra entraîner des blessures corporelles.

14. La femme a toujours le dernier mot !

Le féminisme du 17ème siècle

Le XVIIIème siècle ne fut sûrement pas une époque de féminisme galopant à en juger par un poème du Parnasse Satyrique… Une telle goujaterie choquerait même le plus machiste de nos contemporains.
Ouvrez bien les nénuphars !

Fille à 10 ans est un petit livret
Intitulé le berceau de nature.
Fille à 15 ans est un joli coffret
Qu’on n’ouvre pas sans forcer la serrure
Fille à 20 ans est un épais buisson
Dont maint chasseur, pour le battre, s’approche.
Fille à 30 ans est de la venaison
Bien faisandée et bonne à mettre en broche.
À 40ans, c’est un gros bastion
Où le canon a fait plus d’une brèche.
À 50 ans, c’est un vieux lampion
Où l’on ne met qu’à regret une mèche.

Quelques avantages d’être une femme

– Nous avons été sauvées du Titanic en premier.

– Nous pouvons effrayer les chefs avec des excuses concernant de mystérieux problèmes gynécologiques.

– Nous n’avons jamais soupiré après un personnage de BD ou le personnage principal d’un jeu vidéo.

– Les taxis s’arrêtent pour nous.

– Nous ne ressemblons pas à une grenouille dans un mixer quand nous dansons.

– Boissons gratuites, repas offerts, cinéma offert (vous gagnez un point).

– Un nouveau rouge à lèvres donne un nouveau souffle à notre vie.

– Nous ne sommes pas obligées de péter pour nous faire rire.

– Si nous oublions de nous raser le matin, il n’y a personne pour s’en apercevoir.

– Nous n’avons pas à nous gratter régulièrement pour vérifier que nos parties intimes sont toujours là.

– Nous sommes capables de nous habiller seules.

– Nous pouvons parler à des personnes du sexe opposé sans devoir les imaginer nues.

– Il y a des moments où le chocolat peut réellement résoudre tous nos problèmes.

– Nous ne regrettons jamais de nous être fait percer les oreilles.

– Nous pouvons tout à fait juger une personne rien qu’en examinant ses chaussures.

– Nous ne découvrirons jamais que nous nous sommes fait avoir par un Wonderbra.

– Nous aurons toujours suffisamment d’intelligence pour faire marcher les hommes en leur laissant croire qu’ils sont plus forts, plus intelligents, plus psychologues que nous.

Féminisme

Les féministes maintenant
Ne cessent de dire « harcèlement »
Pour un mot pour un compliment
Je ne pense pas ça pertinent
J’ai horreur qu’on vous importune
Qu’on vous parle impudiquement
Mais je veux parler librement
Lors d’une rencontre opportune

Lazzi

copie d'écran d'actualité parlant de la différence entre drague et harcèlement
Féminisme

« Drague ou harcèlement ? Ce que les femmes considèrent comme « plutôt sympa » ou non. » (source : HuffingtonPost)

Caroline De Haas

A trop vouloir plaider sa cause
De Haas la féministe explose
A force de voir du mâle partout
Elle a du mal à faire son trou
Car le pays où elle habite
A été construit par des bites
Féminazie, esprit étroit
Même Schiappa veut plus de toi

Lazzi

copie d'écran d'actualité parlant du départ des réseaux sociaux de la féministe Caroline de Haas
Caroline De Haas

« Insultée, la féministe Caroline de Haas quitte les réseaux sociaux. » (source : La Parisienne)

Petite mise au point :
« Je suis fermement opposé à toute violence faite aux femmes. En presque un demi-siècle, j’ai toujours respecté les femmes, qui sont nos égales dans la différence. Je suis par contre également farouchement opposé aux féminazies, qui sous prétexte de combattre pour les femmes ne veulent en fait qu’inverser les choses et oppresser les hommes. L’important aujourd’hui est de ne pas se tromper de combat, tous les hommes ne sont pas des agresseurs en puissance, le comportement masculin face aux femmes est un problème d’éducation, et principalement d’éducation familiale. Le harcèlement n’est d’ailleurs pas la seule conséquence de cette perte de repères et de valeurs, voir par exemple l’incivilité qui devient un fléau français. Une autre frange de cette triste population est liée au pouvoir, qui dénature les rapports humains de la pire manière. Les harceleurs d’aujourd’hui sont pour la plupart des enfants éduqués sans valeurs qui ont grandi dans le mythe grotesque d’une virilité outrancière, seule manière pour eux de se valoriser, et ce n’est pas en oppressant toute la population masculine que l’on résoudra le problème. La misogynie n’est pas masculine, elle est d’abord culturelle. Assimiler les hommes à des agresseurs en puissance, c’est faire aussi des hommes corrects, éduqués, leurs ennemis. »
Lazzi