La réflexion informatique

– Ben dis donc mon chéri, dit la jeune épouse à son cadre de mari, tu as l’air épuisé. Tu as dû avoir une journée difficile, non ?
– M’en parle pas répond le mari en se servant un whisky, aujourd’hui, les ordinateurs étaient en panne et on a dû réfléchir tout seul…

Le silence qui dit non

Sagesse populaire :

« Le silence ne signifie pas toujours être d’accord, il peut aussi signifier que l’on est fatigué d’expliquer des choses à quelqu’un qui ne les comprends pas. »

La répartition des tâches

Bernadette était mariée à Roger, un vrai macho. Elle et son mari avaient un emploi à plein temps qui leur demandait autant de temps de travail à l’un comme à l’autre, et cependant Roger estimait que toutes les tâches ménagères incombaient à sa femme. Il n’était pas question qu’il s’occupe des enfants, et encore moins qu’il s’occupe du ménage. C’était du « travail de femme » disait-il.

Pourtant un certain soir, lorsque Bernadette rentra de son travail un peu plus tard que d’habitude, elle put constater que les enfants avaient pris leur bain, que le lave-linge était en train de tourner et que le panier de linge sale était vide, elle trouva encore le repas du soir qui cuisait dans le four et la table était préparée façon romantique avec chandelles, bouquet de fleurs et tout et tout.

Bernadette était plus que surprise. Elle voulut savoir qui était responsable de tout cela. Une rapide enquête révéla que Roger avait lu dans le Femme Actuelle des toilettes que les épouses étaient beaucoup plus enclines à céder aux avances de leur mari lorsqu’elles n’étaient pas fatiguées après avoir cumulé leur travail et les tâches ménagères.

Le lendemain de cette soirée mémorable, Bernadette raconte son aventure à ses copines du bureau.
– Alors, comment ça s’est terminé ? demandent les autres copines de travail avec une étincelle lubrique dans les yeux.
– Eh bien, le repas était excellent, expliqua Bernadette, Roger avait aussi passé l’aspirateur, et aidé les enfants à faire leurs devoirs avant de les emmener se coucher. Vraiment c’était une soirée formidable.
– Oui, mais après !? supplient les filles, vous êtes allés vous coucher ?
– Heu… C’est là où ça a un peu foiré, avoue Bernadette. Roger était trop fatigué pour faire quoi que ce soit et il s’est endormi comme une masse.

La fatigue sexuelle

Docteur, je me sens fatigué… Pourtant je ne fais pas un travail très physique.
– Et sur le plan sexuel, ça se passe comment ?
– Bien, je fais l’amour à ma femme chaque soir et quelque fois le matin. Je passe quotidiennement à Saint-Denis tirer rapidement un coup avec une pute, puis je me rends directement à mon bureau où, rituellement, ma secrétaire me fait une ou deux petites fellations. Pour la remercier, je la sodomise ensuite – elle adore ça – et dans l’après-midi, je l’autorise à ma refaire 1 ou 2 fellations mais rarement davantage car je pars à 17 h chez ma maîtresse… Ensuite je rentre tout droit chez moi et, quand ma femme à le dos tourné, je trousse la bonne sur la table de la cuisine.
– Mouais ! grogne le médecin, je vois ce qui vous fatigue : il faut vous calmer et faire un peu moins l’amour.
– Eh ! bien, vous me rassurez docteur. J’avais peur que vous m’interdisiez les masturbations fréquentes !