Le travail du paresseux

« Un paresseux est un homme qui ne fait pas semblant de travailler. »

Alphonse Allais

Les cigarettes corses

En Corse, Paul et Jean, devant un pastis, discutent de la pluie et du beau temps. Paul roule une cigarette :
– Tu es fauché ? demande Jean.
– Non, c’est mon médecin qui m’a ordonné de faire de l’exercice !

Le corse qui travaille sur la route

C’est un corse qui cherche du travail (si si, ça peut exister…).

Connaissant la route nationale 196 qui va d’Ajaccio à Bonifacio, il se décide d’aller voir si par hasard, il n’y aurait pas un boulot pour lui à l’équipement.

On lui propose de peindre des bandes blanches tout le long de la route. Il accepte.

Le 1er jour : il fait 100 mètre de ligne blanche.
Le 2ème jour : il fait 50 mètres
Le 3ème jour : il fait 25 mètres
Le 4ème jour : il fait 10 mètres

Le 5ème jour, le chef vient le voir et lui dit :
– OK, pour le premier jour. 100 mètres c’est pas tellement, mais ça passe. Mais les jours suivants, pourquoi as-tu diminué les métrés ?

L’autre lui répond :
– Chef, plus j’avance et plus le pot de peinture est loin…

Un village de zoophiles

Le vieux curé d’un petit village au fin fond de la Corrèze vient de mourir subitement.

L’évêché envoie un jeune prêtre pour le remplacer. À l’approche du village, le jeune curé dans sa Renault 4 a l’oeil attiré par une scène incroyable qui se passe dans un pré jouxtant la route.

Dans ce pré, deux hommes sont en train de baiser chacun une brebis frénétiquement !

Mais ce n’est pas tout : à quelques pas de ces deux hommes, sous un arbre, un autre est en train de les regarder en se masturbant…

Effaré, le jeune curé poursuit sa route, non sans avoir fait quelques prières et autres signes de croix, et en se promettant de dénoncer cette zoophilie dès son premier sermon.

Le dimanche arrive. Le jeune curé commence son sermon :
« Alors que j’arrivais tantôt pour la première fois aux abords de ce village, je fus le témoin d’une scène contre-nature… d’une véritable abomination. En effet, à quelques centaines de mètres d’ici, deux hommes étaient en train de copuler avec des moutons ! OUI ! Vous avez bien entendu : des MOUTONS ! (j’ose espérer que c’étaient des brebis !)… Et chose encore plus incroyable, un autre homme, témoin de cette scène de fornication était en train de se masturber, comme si cette vision pouvait provoquer une quelconque excitation sexuelle ! »

À ce moment du sermon, une voix masculine rigolarde résonne du fond de l’église :
« Ça d’vait être l’Mathieu !… L’est bin trop fainéant pour attraper un mouton ! »