Le petit cochon perdu

Les perles : la police

Une dame signale que son mari a perdu un cochon alors qu’il se rendait à l’abattoir. Elle précise que l’animal a sûrement sauté de la camionnette pendant le transport. Pas bête, la bête ! Les gendarmes lui répondent qu’un avis de recherche va être lancé pour retrouver le fugueur. Finalement quand on y pense, cette histoire d’un petit cochon rose qui se balade sur les routes est d’une banalité déconcertante : certains voient bien des éléphants roses, non ?

Melon et Melèche en prison

Melon et Melèche s’échappent de prison.
Melon force la serrure et Melèche le barreau.

L’évasion du lapin de laboratoire

Un lapin s’échappe d’un laboratoire et arrive dans la prairie où il rencontre ses congénères.

Ils lui font découvrir la vie au grand air, manger des carottes : « Whaou ! », s’exclame le petit lapin, « c’est meilleur que les granules qu’on mangeait au labo ! ». Ils lui font aussi goûter de la laitue, du blé tendre. Le lapin de laboratoire est émerveillé.

Puis il est vite mis au courant des affaires du sexe par dix lapines dans un terrier.

Ses camarades lui demandent alors comment il trouve la vie en liberté. Le petit lapin répond : « Écoutez les gars, c’est génial, mais je retourne au labo, j’ai trop envie de fumer une clope. »

Le blues du pénitencier

Au pénitencier, le directeur convoque un gardien.
– Qu’est-ce qui vous fait penser que le détenu de la cellule 43 prépare une évasion ?
– C’est qu’il a demandé à la cantine qu’on lui prépare an panier pique-nique pour mercredi !

Le langage des animaux

Quelqu’un au Zoo a malencontreusement laissé la porte de la cage des serpents ouverte. Naturellement, les serpents se sont fait la malle et sont partis dans tous les coins du zoo. Ça siffle dans tous les fourrés.

Deux gardiens arrivent en courant et paniquent quand ils voient la situation.
– Vite, vite, il faut trouver un avocat !
– Pourquoi ? demande l’autre, ce n’est pas toi qui a laissé la porte ouverte. Tu n’es pas responsable, donc tu n’as rien à craindre.
– Mais non, l’avocat, ce n’est pas pour moi, c’est pour les serpents : il nous faut quelqu’un qui comprenne leur langage !