L’agonie de l’éternel féminin

« Oh ! l’éternel féminin, comme disait le monsieur dont la femme n’en finissait pas de mourir. »

Oscar Wilde