Miroir glauque

Deux jumelles se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Une seule est mariée et quelqu’un demande à l’époux :
– Comment les reconnaissez-vous ?
– Facile ! Si j’en embrasse une dans le cou et qu’elle me dit : encore ! C’est ma belle-sœur.

Le futur appartient aux audacieux

L’institutrice est charmante, jolie, blonde. Elle fait un cours de morale sous l’œil attendri de toute une classe de garçonnets. On entendrait une mouche voler…
– Il faut, dit-elle, toujours penser à l’avenir. Tenez, par exemple, hier j’étais dans les bras de mon père, aujourd’hui je suis dans les bras de mon époux. Mais demain ?
– Demain, demande Toto avec effronterie, est-ce que vous serez libre ?

Les lendemains qui chantent

Le lendemain de son mariage, la jeune femme préparait, à l’aide d’un livre de cuisine, leur premier repas. Vers trois heures de l’après-midi, le jeune époux manifeste une légère impatience.
– Ce sera encore long, chérie ?
– Mais non, chéri ! Tout juste encore trois lignes !

Sois mère et tais-toi

Une femme a obtenu le divorce à son profit parce qu’en huit années de mariage son époux ne lui avait adressé la parole que trois fois… Elle a également obtenu la garde de leurs trois enfants.

L’amour, toujours l’amour…

Un jour, une femme voulant voir comment réagirait son mari si elle venait à partir, écrivit une lettre en disant qu’elle ne voulait plus vivre avec lui, posa la lettre sur le lit, puis se cacha en dessous.

En rentrant du travail, l’homme voit la lettre, la lit, et écrit quelque chose dessus. Ensuite, il se met à chanter, change de vêtements et passe un coup de téléphone à quelqu’un en disant :
– C’est bon mon cœur, l’autre folle est partie, j’arrive tout de suite, je t’aime.

Le mari sort de la chambre et s’en va en voiture. Sa femme, folle de rage, sort de sa cachette et regarde ce qu’il a écrit sur la lettre :
– On voit tes pieds, je vais acheter du pain, arrête tes conneries et fais-moi à manger !