27 mars 2019 – Cléo de sainte ascète

dessin d'actualité humoristique sur le décès d'Agnès Varda
27 mars 2019 – Cléo de sainte ascète

Michel Legrand : « Tu fais tourner de ton nom tous les moulins de mon cœur… »
Agnès Varda : « Ma vie ? Un tout petit mois de paradis et une éternité d’enfer… »
(caricature de Michel Legrand et Agnès Varda)

Voyage vers l’enfer

Un couple parisien décide de partir en week-end à la plage et de descendre au même hôtel qu’il y a 20 ans, lors de leur lune de miel. Mais, au dernier moment, à cause d’un problème au travail, la femme ne peut pas prendre son jeudi. Il est donc décidé que le mari prendrait l’avion le jeudi, et sa femme le lendemain.

L’homme arrive comme prévu et après avoir loué la chambre d’hôtel, il se rend compte que dans la chambre il y a un ordinateur avec connexion à Internet.

Il décide alors d’envoyer un courrier à sa femme. Mais il se trompe en écrivant l’adresse sans s’en rendre compte.

C’est ainsi qu’à Perpignan, une veuve qui vient de rentrer des funérailles de son mari mort d’une crise cardiaque reçoit le courriel. La veuve consulte sa boîte aux lettres électronique pour voir s’il n’y a pas de messages de la familles et/ou des amis.

C’est ainsi qu’à la lecture du premier d’entre eux, elle s’évanouit. Son fils entre dans la chambre et trouve sa mère allongée sur le sol sans connaissance, au pied de l’ordinateur. Sur l’écran, on peut lire le message suivant :

« À : Mon épouse bien-aimée

Objet : Je suis bien arrivé

Tu seras certainement surprise de recevoir de mes nouvelles maintenant et de cette manière. Ici, ils ont des ordinateurs et tu peux envoyer des messages à ceux que tu aimes. Je viens d’arriver et j’ai vérifié que tout était prêt pour quand tu viendras me rejoindre, demain vendredi. J’ai hâte de te revoir. J’espère que ton voyage se passera aussi bien que s’est passé le mien.

P.S. : Il n’est pas nécessaire que tu apportes beaucoup de vêtement. Il fait une chaleur d’enfer ici ! »

L’enfer médical

Un médecin meurt et aboutit directement en Enfer. Il est dirigé directement dans une salle où on lui dit d’attendre Satan. Au bout de quatre heures, Satan apparaît finalement. Le docteur, furieux, vocifère :- Mais nom de Dieu, comment avez-vous pu me faire attendre si longtemps ? Je suis un homme important. Je suis un chirurgien réputé !

Le démon le regarde et fait :- Des médecins, des médecins, on en trouve treize à la douzaine en Enfer. Et puis aucun ne commence en jurant avec le nom de l’Autre de l’étage supérieur… Mais je vais te dire un truc. Puisque tu dis que tu as attendu trop longtemps à ton goût, je vais te donner le choix de la façon dont tu passeras ton éternité ici… Héhéhéhéhéhé (rire satanique)…

Et ces paroles sataniques étant prononcées, le maître des lieux montre au médecin deux portes :
– Voici les entrées des deux endroits que je te propose. Tu vas bien regarder ce qui se passe à l’intérieur, je te donne cinq minutes pour faire ton choix… Héhéhéhéhéhé (rire satanique)…

Derrière la première porte, le chirurgien trouve une unité de soins intensifs. Il y a du sang qui gicle de partout, des alarmes qui sonnent à tout bout de champs, des patients qui délirent. Un homme dans un coin est en train de s’extuber lui-même pendant qu’une femme au centre tombe de son lit…

Le docteur ferme rapidement la porte en pensant :
– Oh mon Dieu, c’est pas vrai… Plus de doute ! Je suis vraiment en Enfer… J’espère que la deuxième porte sera moins démoralisante…

Derrière la deuxième porte, le médecin découvre ni plus ni moins que l’asile psychiatrique de l’Enfer. A l’intérieur, c’est « Vol au dessus d’un nid de coucous » à la puissance 10. Des cris partout et tout le temps, des déments qui se fracassent la tête les uns sur les autres… Et quelques rares infirmiers qui tentent de maîtriser les locataires du lieu avec force camisoles et autres électrochocs !

Le toubib referme la porte :
– Je ne sais pas laquelle de ces deux options est la moins pire…

Et, alors qu’il est perdu dans ses réflexions, il remarque une troisième porte. Curieux de savoir ce qu’elle cache, il s’avance vers elle et l’ouvre. A l’intérieur, il trouve une salle extrêmement bien rangée, des infirmières ravissantes et affairées qui accourent aux moindres sollicitations des médecins ; lorsqu’un des médecins se plaint d’une raideur dans la nuque, l’une de ces infirmières accoure pour lui masser les cervicales… Lorsqu’un autre pique une crise de colère, une autre infirmière vient lui susurrer des mots apaisants à l’oreille… Si une érection vient trahir le désir d’un des médecins, aussitôt trois infirmières viennent lui prodiguer tout un ensemble de caresses et autres (*PASSAGE CENSURE PAR LA LIGUE DE LA VERTU ET DE LA MORALE)…

Les cinq minutes étant écoulées, Satan arrive et demande au médecin quelle porte il a choisi.
– Par l’anus artificiel de ma grand-mère, Grand Satan, j’ai choisi !!! Je veux la troisième porte !!! C’est là que je veux passer tout le reste de l’éternité !!!

Satan le regarde et fait :
– Olalalala…. Mais c’est pas possible mon bon monsieur…. La troisième porte, c’est pas l’enfer des médecins, c’est l’enfer des infirmières…

L’or de l’au-delà

Un affreux avare est en train de mourir. Il appelle à son chevet un prêtre et commence à se confier à lui.
– Ah, monsieur le curé, j’ai travaillé tellement durement toute ma vie pour obtenir tout ce que j’ai ! Ça me fait mal de laisser tout ça ici ! Si seulement je pouvais emporter tout mon or avec moi !

Et l’homme d’église, sincère, lui répond :
– Pas la peine, là où vous risquez d’aller, il fondrait…

Jean-Marie est mort !

Un certain Jean-Marie, ex-leader d’un parti d’extrême droite, vient à mourir. Comme tout le monde, il est accueilli par Saint-Pierre aux portes du Paradis.

Saint Pierre l’accueille :
– Jean-Marie, j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle pour toi. Laquelle veux-tu connaître en premier ?
– Donnez-moi la mauvaise nouvelle d’abord, Saint-Pierre…
– La mauvaise nouvelle, c’est que Dieu n’a pas du tout apprécié tes prises de position racistes. Ici au Paradis, on est tous très bien intégrés, blancs, jaunes, noirs, basanés… Et pareils pour les juifs, catholiques, musulmans, hindous, etc.
– D’accord, d’accord… Et quelle est la bonne nouvelle ?

Saint-Pierre sourit et dit :
– La bonne nouvelle Jean-Marie, c’est que là où tu vas, tu n’auras pas besoin de te soucier de tout ça…