Un baptême de l’air à chier

C’est un gars qui rêvait depuis toujours de monter en avion. Un beau jour, il se décide à aller à l’aéro-club le plus proche et trouve un pilote :
– Bonjour. Voilà, je voudrais faire un baptême de l’air car c’est mon rêve depuis que je suis gamin. Mais attention, je veux des émotions, pas juste le petit tour pour les touristes.
– Pas de problème.

Sur ce, ils montent dans l’avion, un petit coucou pour faire des acrobaties et décollent. Le pilote commence par des figures simples : une petite vrille, une descente en piqué, un peu de rase-mottes.

Derrière lui, il entend son passager dire : « Ça, je m’y attendais ! »
Le pilote se dit : « Monsieur est un dur à cuire, on va corser un peu les choses… »

Et il enchaîne les figures : Descente en piqué, un looping, deux loopings, trois loopings, il aperçoit un petit pont au-dessus d’un ruisseau, qu’à cela ne tienne, il passe dessous avec l’avion.

Après cette série, il entend à nouveau son passager dire : « Ça, je m’y attendais ! »

Le pilote décide de sortir le grand jeu. Il coupe les gaz en plein vol, laisse l’avion tourbillonner, remet les gaz enchaîne plusieurs loopings, des vrilles, retourne l’avion et vole sur le dos.

A ce moment-là, alors que le pilote en est à ses propres limites, il entend l’autre dire : « Ah ! Là, j’aurais pas cru ! »

Ils finissent par atterrir :
– Ben dites donc, pour quelqu’un qui monte pour la première fois en avion, vous n’avez pas peur. Je vous entendais dire « Je m’y attendais »…
– C’est à dire que vous n’avez pas tout compris. La première fois, quand j’ai dit « Je m’y attendais », c’est que je venais de chier dans mon froc. La deuxième fois, c’était quand je venais de remettre ça, mais quand l’avion était sur le dos et que c’est remonté jusque dans mon col, alors là, j’aurais pas cru…

5 (100%) 1 vote

19 février 2018 – Les fusillades aux États-Unis

États-Unis : nouvelle fusillade en Floride. Les fusillades mortelles se banalisent dans les lycées. Les étudiants ont du mal à canaliser leurs émotions.

dessin humoristique d'une fusillade dans une classe aux États-Unis
19 février 2018 – Les fusillades aux États-Unis

Professeur : « Je vous ai déjà dit de lever la main pour parler… »
(caricature de classe en Amérique)

Une nouvelle fusillade fait 17 morts dans un lycée en Floride… Nous sommes ne sommes que le 18 février et c’est déjà la 18ème fusillade dans une école aux États-Unis en 2018.

Les étudiants sont sur les nerfs et se rendent tous les jours à leurs cours la peur au ventre… Emma Gonzalez, une « survivante », fustige le gouvernement et plus particulièrement Donald Trump, grand ami des lobbyistes des armes à feu, plus que passif face aux problèmes et conséquences que cela engendre. Ce genre de tuerie ne semble malheureusement pas prêt de s’arrêter… jusqu’à devenir parfaitement banal et fait déjà parti du quotidien des millions d’américains.

La vente d’arme soutenue par la National Rifle Association peut remercier le deuxième amendement de la Constitution qui garantit à tous les citoyens américains le droit de porter une arme pour se défendre. Elle fait des millions de dollars de bénéfices grâce aux millions de personnes tuées par les armes qu’elle met sur le marché.

Les États-Unis, un pays libre où chacun a le droit de se promener un « gun » à la main pour aller exploser la tête de son prochain.

Duf

3.7 (73.33%) 3 votes