Pour l’amour des chats

– Bon, dit la maquilleuse d’un studio de télé à un invité, laissez-moi redonner figure humaine à votre visage couvert de griffures et vous allez pouvoir présenter aux téléspectateurs votre livre : « L’art de se faire aimer de son chat. »

Le salaire d’Alphonse Allais

On raconte qu’Alphonse Allais se présenta, un jour, au caissier d’un journal qu’il fournissait en copie :
– Je viens toucher mon appointement.
– Excusez-moi, mais on dit : « mes appointements ».
– Bah ! Inutile de déranger le pluriel pour si peu !

Les lectures de Bernard Pivot

Dans un cocktail littéraire, un auteur d’innombrables best-sellers rencontre Bernard Pivot.
– Ah, cher ami, lui dit-il, vous m’avez toujours snobé en refusant de m’inviter à vos émissions sous prétexte que je ferais écrire mes romans par des nègres. Avez-vous lu mon dernier livre, au moins ?
– Non, répond Pivot, et vous ?

Les personnages de Jules Verne

« Les femmes n’interviennent jamais dans mes romans tout simplement parce qu’elles parleraient tout le temps et que les autres n’auraient plus rien à dire. »

Jules Verne

La mauvaise nouvelle de l’éditeur

Un éditeur s’adresse à un écrivain :
– J’ai un bonne et une mauvaise nouvelle à vous annoncer.
– Dites-moi d’abord la bonne, demande l’écrivain.
– Paramount a adoré votre livre et l’a littéralement dévoré.
– C’est fantastique ! Après une aussi bonne nouvelle, je suis prêt à encaisser n’importe quoi. Allez-y, quelle est la mauvaise nouvelle ?
– Paramount, c’est mon chien.