Protestations estudiantines

Après une nuit d’émeute, quelques étudiants ont été interpellés, sur le campus d’une université.
– Pourquoi, demande un des flics, chargés de la garde à vue, avez-vous lancé des cocktails Molotov dans la cafétéria, brisé toutes les vitres des salles de cours, démoli à la hache le grand amphithéâtre et brûlé une douzaine de voitures, stationnées sur le parking réservé aux professeurs ? L’un des étudiants explique :
– Nous voulions protester contre la violence dont avait preuve à notre égard un de vos collègues. Il s’était permis de faire une remontrance à un étudiant qui avait coiffé le recteur d’un seau contenant du goudron à peine tiède.

La circulation du sang

Dans une classe de terminale, un prof de sciences naturelles est en train de donner un cours sur la circulation du sang. Voulant donner un exemple pratique, il dit aux élèves :
– Vous voyez, si je fais le trépied ou si je marche sur les mains pendant un certain temps, le sang va s’accumuler dans ma tête, et j’aurai le visage tout rouge. Vous êtes d’accord ? – Oui (en choeur).
– Maintenant, pouvez-vous m’expliquer pourquoi lorsque je suis en position debout, le sang ne s’accumule pas pour autant dans mes pieds ?
Et là un des élèves répond :
– C’est parce que vos pieds ne sont pas vides…