L’ingratitude des gens…

Deux propriétaires de résidences secondaires échangent des propos désabusés :
– Je me demande, dit l’un, s’il existe quelque chose de plus désagréable que de voir des amis, que vous avez hébergés pendant tout un week-end, prendre la route sans vous remercier.
– Oh ! Oui, enchaîne l’autre : c’est d’entendre le mari dire à sa femme, au moment où ils s’installent dans leur voiture : « Décidément, on n’est bien que chez soi ! ».

Oui c’est oui, mais non c’est non !

Un homme arrive au bureau avec un œil poché. Il explique à ses collègues :
– J’avais fait la connaissance d’une jeune femme charmante. Après lui avoir offert quelques verres, je l’ai raccompagné chez elle. C’était merveilleux. Tout en elle disait oui. Son corps disait oui, sa bouche disait oui, ses yeux disaient oui.
– Et alors ?
– Son mari est rentré à l’improviste et il a dit non.

C’est le chien pour où ?

Une tique en croise une autre, immobile sur une bouche d’incendie :
– Qu’est-ce que tu fais ? demande la première.
– Eh bien, j’attends le chien de 17h30 pour rentrer chez moi.

Vive la biodiversité !

Le voisin d’un apiculteur s’approche de lui pendant qu’il est en train de s’affairer autour de ses ruches.
– Alors, vos abeilles vous donnent-elles satisfaction ?
– Dans un sens, oui ! Elles ne donnent pas beaucoup de miel, mais elles découragent ma belle-mère de venir s’installer chez nous !

La non-déclaration

Les perles : les assurances

« J’ai l’honneur de vous faire savoir que je ne déclare pas le dégât d’eau survenu hier à mon domicile, les dommages paraissant insignifiants chez moi. »