divorce

La trompeuse trompée…

– Mon mari réclame le divorce à son profit, raconte une dame à une amie, alors que c’est parce qu’il m’a menti, que notre union s’est brisée.
– C’est incroyable, ça ! Tu l’as dit au juge ?
– Bien sûr, mais c’est un homme, alors il donne raison à mon mari. Enfin, s’il n’était pas rentré à l’improviste un mardi, alors qu’il m’avait raconté qu’il serait en voyage d’affaires jusqu’au mercredi, jamais il ne m’aurait surprise avec notre voisin de palier !

Il n’y a pas que le fric, mais quand même…

Les perles : la justice

Intervention haute en couleur d’une épouse délaissée, qui se plaignait du non-paiement de la pension alimentaire à l’audience des divorces : « Cet avocat, je le connais, il est avocat à la cour. Et un avocat à la cour, il ne se déplace pas pour rien ! » Comprenez : il a dû coûter cher à mon mari, donc mon mari peut payer la pension. L’épouse était tout ce qu’il y a de plus désintéressée.

Et la mauvaise foi, on en parle ?

Une femme va chez un avocat pour demander le divorce. Il lui dit :
– Il nous faut trouver une bonne raison. Est-ce que votre mari boit ?
– Non ! Je bois trois fois plus que lui !
– Est-ce qu’il vous donne de l’argent ?
– Il n’a pas intérêt à garder un centime, sinon, je lui donne une gifle.
– Est-ce qu’il vous frappe ?
– Non ! C’est plutôt moi qui suis un peu vive !
– Et en matière de fidélité ?
– Alors là, on le tient. Notre deuxième n’est pas de lui !

Gardez-la !

Sur l’autoroute, deux gendarmes voient subitement un véhicule accélérer devant eux. Ils le suivent et demandent au conducteur de s’arrêter. Étonnés, ils découvrent que c’est un vieux monsieur qui est au volant :
– Vous vous rendez compte, vous étiez à 200 à l’heure alors que la vitesse est limitée à 130 ! Vous êtes un vrai danger public ! Vous n’avez aucune excuse !
– Si, si, elle est toute simple, il y a vingt ans, ma femme est partie avec un gendarme et quand j’ai vu que votre voiture me suivait, j’ai cru que c’était lui qui me la ramenait.