Le Dieu Nonoss

Ne vous êtes-vous jamais demandé ce qui poussait les chiens à se renifler le derrière à chaque fois qu’ils rencontrent un de leurs congénères ? Je vais vous donner l’explication :

Il y a très très longtemps, bien avant que les humains n’apparaissent, c’étaient les chiens qui régnaient en maîtres sur la planète. Ils étaient comme le sont les humains actuellement : ils marchaient sur leurs pattes de derrière, ils parlaient entre eux, bref, ils avaient ce que l’on peut appeler une vraie société… La seule différence est qu’ils vivaient avec un Dieu vivant, le dieu « Nonoss ».

Un jour, en pleine célébration du dieu Nonoss, un des chiens de l’assemblée laissa échapper une flatulence d’une odeur pestilentielle et cette odeur infecte se propagea jusqu’aux narines du dieu Nonoss.

Le dieu fut extrêmement fâché, et demanda au chien coupable de se dénoncer pour qu’il subisse sa punition. Or, aucun chien n’avança. Le Dieu Nonoss, après de multiples menaces, décida de transformer tous les chiens en ce qu’ils sont aujourd’hui.

Et depuis ce jour-là, les chiens cherchent le coupable…

Et Dieu créa l’enfant

Une maman qui fait le catéchisme prépare les enfants :
– Monsieur l’abbé va venir vous demander qui vous a créés. Louis tu répondras : « c’est Dieu qui m’a créé. »

Arrive le jour de la visite de l’abbé. Il demande aux enfants :
– L’un de vous peut-il me dire qui vous a créés ?

Grand silence… Finalement, une main se lève :
– Le petit garçon que Dieu a créé n’est pas là, monsieur l’abbé, il a la grippe.

La genèse revisitée

Au commencement, Dieu créa le ciel et la Terre. Et la Terre était sans forme, et vide, et l’obscurité était partout.
Alors le diable dit : « On pourrait pas faire mieux ? »

Et Dieu dit : « Que la lumière soit ! », et la lumière fut.
Et Dieu dit : « Que la Terre engendre de l’herbe, l’herbe, des graines, et des arbres fruitiers, des fruits. »
Et Dieu vit que cela était bon.
Alors le Diable dit : « C’est foutu pour le voisinage. »

Et Dieu dit : « Faisons l’Homme à notre image, d’après notre semblance, et qu’il ait le pouvoir sur les poissons de la mer, les oiseaux dans les airs, et sur les troupeaux, et partout sur la Terre, et sur n’importe quelle bestiole rampante qui vit sur la Terre. »
Alors Dieu créa l’homme à son image, l’Homme et aussi la Femme.

Et Dieu regarda l’Homme et la Femme, et vit qu’ils étaient sains et bien portants.
Alors, le Diable dit : « Je sais ce que je vais pouvoir faire… »

Et Dieu peupla la Terre de brocolis, de choux-fleurs et d’épinards, de verts et jaunes légumes de toutes sortes, afin que l’Homme et la Femme vivent longtemps et en bonne santé.

Alors le Diable créa McDonald’s. Et McDonald’s lança le hamburger à 1 euro.
Et le Diable dit à l’Homme : « Vous voulez des frites avec ça ? »
Et l’Homme lui répondit : « Une maxifrite alors… ».
Et l’Homme prit deux kilos.

Et Dieu créa le saint Yaourt pour que la Femme garde sa silhouette que l’Homme trouvait divine.
Alors le Diable créa le chocolat, et la Femme prit deux kilos.

Et Dieu dit : « Essayez la salade, elle est toute fraîche. »
Alors le Diable créa Burger King, et la Femme prit cinq kilos.

Et Dieu dit : « Je t’ai envoyé des légumes frais, bon pour ton cholestérol, et de l’huile d’olive pour les cuisiner. »
Et le Diable créa les beignets, les gros sans trous avec de la crème dedans.
Et l’Homme prit cinq kilos, et son taux de cholestérol atteint des sommets jamais égalés.

Et Dieu créa les chaussures de jogging, et l’Homme résolut de perdre quelques kilos.
Et le Diable créa la télé câblée et la télécommande, afin que l’Homme ne se fatigue pas à changer les chaînes entre Eurosport et XXL.
Et l’Homme prit encore dix kilos.

Et Dieu dit : « Tu files un mauvais coton, le Diable. »
Alors le Diable enleva la savoureuse peau de la pomme de terre, la coupa en très fines tranches, et passa le tout à la friteuse. Puis il créa les sauces pour tremper les chips dedans.

Et l’Homme attrapa sa télécommande, et mangea les chips avec les sauces.
Alors le Diable vit que cela était bon.
Et l’Homme fit une crise cardiaque.

Alors Dieu soupira et créa le quadruple pontage coronarien.
Alors le Diable annula l’assurance de l’Homme.

Alors Dieu montra à la femme comment retirer la peau du poulet et cuire le nourrissant grain de riz complet.
Alors le Diable créa la bière allégée, que l’Homme puisse s’empoisonner avec de l’alcool, tout en se sentant tranquille puisqu’il devait boire deux fois plus de cette boisson insipide pour se sentir aussi joyeux.
Et l’Homme prit encore cinq kilos.

Et Dieu créa la pâte de soja.
Et la Femme alla loin dans le pays du chocolat Milka, et à son retour, demanda à l’Homme : « Est-ce tu me trouves grosse ? »
Et le Diable dit : « Il faut toujours dire la vérité. »
Et l’Homme le fit.

Alors la Femme s’en alla loin de la présence de l’Homme et résida au pays de l’avocat spécialisé dans les divorces, à l’Est du conseiller conjugal.

La punition du curé golfeur

Le père Martin est un curé très « nouvelle vague ». Diplômé de sociologie avant d’avoir fait ses études de théologie, il est aussi golfeur impénitent.

Aussi, un dimanche matin du mois de mai, alors que le soleil dardait ses rayons de façon arrogante, le père Martin décida qu’il irait jouer au golf aujourd’hui !

Ça tombait plutôt bien, puisqu’un jeune futur curé qui finissait son cursus au séminaire était là pour un stage. Alors il dit à son stagiaire qu’il se sent patraque et incapable de dire la messe, et l’encourage très fortement à le remplacer.

Puis, le père Martin prend ses clubs et ses claques et fonce en direction du terrain de golf (situé à plus de 50 km, ce qui lui évitait le stress de rencontrer quelqu’un de la paroisse).

Alors que le curé est sur le green (désert en ce dimanche matin), en train de poser son premier tee, Saint Pierre qui observait ça du coin de son œil céleste se tourne vers Dieu et lui dit :
– Seigneur, vous n’allez tout de même pas le laisser continuer comme ça ?

Alors Dieu qui regardait lui aussi tout ça avec amusement répond :
– Non, non. Rassure-toi.

Au même moment, le père Martin frappe la balle grâce à un formidable swing. La balle s’élève directement dans la direction du deuxième trou… et vient retomber directement dans le trou ! Un trou en un de 400 mètres !

Saint-Pierre est super étonné :
– Mais pourquoi lui avoir permis de réussir un tel coup ?

Et en souriant Dieu répond :
– À qui va-t-il pouvoir en parler ?