dessin de cheminots

3 avril 2018 – Les cheminots coupent le sifflet de BFMTV…

Visite surprise des cheminots à BFMTV : sur BFMTV, les lobb… pardon, les « experts » ont plusieurs casquettes.

dessin d'actualité humoristique d'un expert sur BFMTV visité par des cheminots en grève
3 avril 2018 – Les cheminots coupent le sifflet de BFMTV…

Casquettes : « Expert sur BFMTV, expert sur les autres chaînes et radios, lobbyiste, conférencier du Medef, membre d’un think tank libéral. »
Cheminots grévistes : « Mais pas celle de chef de gare ! »
BFMTV, la voix de son maître : « privatisation… adaptation… mondialisation… concurrence… Compétitivité »
(caricature de cheminots grévistes et d’expert sur BFMTV)

Visite impromptue des cheminots à BFM-TV.
Quand BFM-TV invite un « expert » sur son antenne, le présentateur oublie juste de préciser qu’en dehors de son statut d’universitaire (ou de CAP d’économie avec graphique qui ne veut rien dire), il est souvent également lobbyiste, et que ça lui rapporte gros de faire la promotion des mesures libérales « indispensables » !

2 avril 2018 – Zéro de conduite !

La SNCF veut remplacer les cheminots grévistes par des cadres et offre une prime aux cadres qui acceptent de conduire les trains.

dessin d'actualité humoristique montrant un cadre de la SNCF sollicité pour conduire un train pendant la grève
2 avril 2018 – Zéro de conduite !

Chef de gare : « Qui c’est lui ? »
Cadre de la SNCF : « Ben c’est mon chauffeur. J’ai pas le permis. Je suis cadre, moi, j’ai jamais eu à conduire ! »
(caricature de cadre de la SNCF)

6 mars 2018 – La riposte attendue des cheminots

La CGT et la CFDT s’organisent : la riposte attendue des cheminots. Les cheminots iront jusqu’au bout.

dessin humoristique d'un cheminot attaché sur le rail attendant un train
6 mars 2018 – La riposte attendue des cheminots

Cheminots : « – Alors, tu viens ?
– C’est une voie désaffectée, Raymond… »
(caricature de cheminots)

Alors que le gouvernement veut réformer en profondeur la SNCF par ordonnances, les cheminots sont prêts à tout pour conserver leur statut et annoncent déjà la couleur de cette confrontation chaotique : grèves, manifestations, blocages des lignes, déraillages en série, barbecue devant l’Élysée, prise en otage d’Édouard Philippe… tout est envisageable.

Avec une lourde dette à son actif, la SNCF est dans la ligne de mire du gouvernement Macron qui promet de bouleverser les acquis sociaux des cheminots, souvent considérés comme des « privilégiés » ou des « planqués ».

L’empire Macron fait encore le choix de monter les français les uns contre les autres, et la suite est facile à deviner : de belles galères et de gros blocages en perspective pour des usagers mécontents et agacés, qui seront à n’en pas douter, les premiers pris en otage lors de cette confrontation.

Alors oui, c’est vrai, la SNCF va encore nous emmerder avec des grèves, des retards et des suppressions de trains… mais si notre Président réussi à tenir son engagement, c’est une nouvelle SNCF plus chère pour les usagers et avec moins de lignes TER et moins de gares desservies qui nous attend.

Diviser pour mieux régner… Macron l’a bien compris.

Malheureusement sans un énorme mouvement de solidarité de la part des français, toutes classes sociales confondues, il réussira sans aucun doute son coup, comme il l’a déjà fait pour les retraites et le code du travail.

Duf