Le perroquet enregistreur

C’est une femme qui doit partir en pélérinage à Lourdes plusieurs jours et qui confie son perroquet à des amis paysans. Sachant que ceux-ci ont des manières plutôt rustaudes, et connaissant la propension de sa bestiole à ressortir injures et autres vulgarités, elle leur précise de ne pas dire de gros mots devant l’animal.

Cependant, dès le premier jour, un fort orage éclate sur la ferme. Le paysan s’écrie :
– Nom de Dieu, voilà qu’il pleut !
(Le perroquet enregistre aussitôt)

La paysanne qui était sortie pour rentrer l’ânesse, crie à l’intention de son mari :
– L’ânesse veut pas rentrer !…

Le paysan lui dit :
– Enfonce lui le bâton dans le cul, peut-être qu’elle avancera !
(Le perroquet enregistre aussitôt)

Lorsque la femme revient de son pélérinage, elle est touchée par la foi et décide de faire bénir son perroquet.

Rendez-vous est pris à la paroisse. Le jour dit, le curé s’approche de l’animal et lui blance quelques gouttes d’eau bénie avec son goupillon. Aussitôt, le perroquet s’écrie :
– Nom de Dieu, voilà qu’il pleut !
Sous le choc, la propriétaire de l’animal tombe dans les pommes.

Le vieux curé, affolé, les mains sur sa canne en bois, implore le Seigneur à haute voix :
– Mon Dieu mon Dieu, qu’est-ce que je peux faire ?

Et le perroquet lui répond :
– Enfonce lui le bâton dans le cul, peut-être qu’elle avancera !

Rate this post

La condamnation du mariage

Deux amis curés se rencontrent. L’un d’entre eux a l’air très embêté.
– Qu’est-ce qui se passe ? lui demande son ami.
– Tu as déjà entendu parler des lapsus révélateurs ? C’est quand ton subconscient te fait dire une chose incroyable et généralement, ça se passe au plus mauvais moment !
– Oui, et alors, qu’est-ce qui s’est passé dans ton cas ?
– Eh bien, hier, je célébrais un mariage, et quand j’en suis arrivé au moment où on dit « Je vous déclare maintenant Mari et Femme ! », à la place j’ai dit « Je vous condamne maintenant à la peine de mort. »

Rate this post

Le chauffagiste et la bigote

A l’approche de l’hiver, le curé d’une petite paroisse se dit que si son chauffage ne marche pas parfaitement, il n’aura plus personne à la messe.

Il convoque donc le chauffagiste et lui demande de réviser toute son installation. Le gars commence donc son travail en inspectant les tuyauteries.

Alors qu’il se trouve derrière un des autels, il aperçoit une vieille bigote acariâtre en train d’égrainer un rosaire. Et bien évidemment, Satan inspire alors au chauffagiste une idée de blague…

Toujours caché derrière l’autel, le gars prend sa voix la plus grave, il fait :
– Je suis Jésus Christ, Fils de Dieu. Tes prières vont être exaucées…
Mais la petite vieille ne bouge pas d’un cil et continue son rosaire.

Le gars insiste en forçant la voix :
– Je suis Jésus Christ, le Fils de Dieu ! Je vais exaucer tes prières !
Toujours rien… La vieille est toujours le nez dans son rosaire

Cette fois-ci, le gars hurle carrément :
– JE SUIS JESUS-CHRIST, LE FILS DE DIEU ! JE VAIS EXAUCER TES PRIERES !

Là, la vieille bigote tourne la tête vers crucifix et lance :
– TU VAS TE TAIRE, PETIT IMPERTINENT ? C’EST A TA MERE QUE JE PARLE !

Rate this post

Le démon du golf

C’est un gars sur un parcours de golf. Au quatrième trou il se retrouve un peu à l’écart des amis avec lesquels il joue, et il se retrouve abordé par un représentant du démon… Le petit Satan lui dit :
– Hé dis donc, ça te dirait de faire un trou en un, là maintenant, tout de suite ?
– Contre quoi ? Demande le joueur suspicieux.
– Eh bien disons que ça te coûterait 5 années de vie sexuelle, répond l’envoyé du diable.
– Hmmm… c’est d’accord, répond l’homme.
Et devant ses amis ébahis, il fait un superbe trou en un !

Au trou suivant, le petit démon vient à nouveau le relancer :
– Qu’est-ce que tu dirais de faire à nouveau un trou en un, là maintenant tout de suite ? Ça t’en ferait deux consécutivement, et ça n’a été réussi que 5 fois dans toute l’histoire du golf !
– Contre quoi cette fois ? demande le golfeur.
– Cette fois-ci, ça va raccourcir ta vie sexuelle de 20 années, répond le diablotin.
– J’accepte encore, répond le gars.
Et devant ses potes ébahis, il réalise son deuxième trou en un consécutivement sur le même parcours !

Alors le gars demande au petit démon :
– Si je veux faire un troisième trou en un coup, combien ça va me coûter ?
– Ben toute ta vie sexuelle. Tu ne pourras plus toucher une personne du sexe opposé jusqu’à ta mort. Si tu tentais de le faire malgré tout, tu attraperais immédiatement des nausées, de la diarrhée et de l’urticaire…
– Alors c’est d’accord ! dit le gars. Fais-moi réaliser un troisième trou en un maintenant.

Et c’est comme ça que le Père Nicieux, curé de la petite église à côté du terrain de golf, entra dans le livre Guinness des Records !

Rate this post

Un village de zoophiles

Le vieux curé d’un petit village au fin fond de la Corrèze vient de mourir subitement.

L’évêché envoie un jeune prêtre pour le remplacer. À l’approche du village, le jeune curé dans sa Renault 4 a l’oeil attiré par une scène incroyable qui se passe dans un pré jouxtant la route.

Dans ce pré, deux hommes sont en train de baiser chacun une brebis frénétiquement !

Mais ce n’est pas tout : à quelques pas de ces deux hommes, sous un arbre, un autre est en train de les regarder en se masturbant…

Effaré, le jeune curé poursuit sa route, non sans avoir fait quelques prières et autres signes de croix, et en se promettant de dénoncer cette zoophilie dès son premier sermon.

Le dimanche arrive. Le jeune curé commence son sermon :
« Alors que j’arrivais tantôt pour la première fois aux abords de ce village, je fus le témoin d’une scène contre-nature… d’une véritable abomination. En effet, à quelques centaines de mètres d’ici, deux hommes étaient en train de copuler avec des moutons ! OUI ! Vous avez bien entendu : des MOUTONS ! (j’ose espérer que c’étaient des brebis !)… Et chose encore plus incroyable, un autre homme, témoin de cette scène de fornication était en train de se masturber, comme si cette vision pouvait provoquer une quelconque excitation sexuelle ! »

À ce moment du sermon, une voix masculine rigolarde résonne du fond de l’église :
« Ça d’vait être l’Mathieu !… L’est bin trop fainéant pour attraper un mouton ! »

Rate this post