Menacé par courrier

Un type entre dans un commissariat :
– J’ai reçu des lettres de menaces !
– Avez-vous une idée de l’identité de leur auteur ?
– Oui… Elles viennent du percepteur !

Lettre à ma belle-mère

Madame est en train de lire son courrier au petit-déjeuner. Tout à coup, elle lance à son mari un regard soupçonneux :
– Robert ! Je suis en train de lire une lettre de ma mère. Elle dit qu’elle ne peut pas accepter notre invitation à venir passer quelques jours ici à la maison… Elle dit qu’elle a l’impression qu’on ne veut pas vraiment d’elle. Peut-être peux-tu m’expliquer ce qu’elle veut dire par là ? Je t’avais dit de lui envoyer un petit mot pour lui dire qu’elle pouvait passer à sa convenance, qu’est-ce que tu lui as écrit ?
– Ben… Heu… C’est à dire que… Voilà, en fait, je ne savais pas comment écrire « à votre convenance » alors j’ai remplacé ça par « à vos risques et périls »…

Polyglotte dans le civil

Une recrue est questionnée par l’adjudant :
– Que faites-vous dans le civil ?
– Interprète, je suis polyglotte !
– Vous êtes quoi ?
– Polyglotte, je possède cinq langues !
– Parfait, vous irez au service courrier, vous lécherez des enveloppes !

Les lettres des impôts

Pendant la période des fêtes un facteur prévient son chef :
– Je distribuerai les lettres du percepteur la semaine prochaine… ça me ferait trop de tort pour mes étrennes !

Lettre d’un étudiant à ses parents

« Chers parents, j’ai vraiment honte de toujours vous écrire pour vous demander de l’argent. Je suis tellement malheureux et je me sens pitoyable…

Et même si cette fois encore, je dois vous demander de m’envoyer à nouveau mille euros, toutes les cellules de mon corps se rebellent. Je vous demande humblement de me pardonner.

Je sais que pour vous la vie est dure…

Votre fils Kévin »

P.S. : « J’étais tellement mal en écrivant cette lettre que j’ai voulu courir après le facteur qui ramassait le courrier dans la boite aux lettres au coin de la rue pour reprendre cette lettre et la brûler. J’aurai vraiment aimé le rattraper, et j’ai prié le Bon Dieu pour y arriver, mais il était trop tard. »

Quelques jours plus tard, l’étudiant reçut une lettre de son père qui disait :

« Le Bon Dieu a entendu ta prière : ta lettre n’est jamais arrivée ! »