Lettre d’un étudiant à ses parents

« Chers parents, j’ai vraiment honte de toujours vous écrire pour vous demander de l’argent. Je suis tellement malheureux et je me sens pitoyable…

Et même si cette fois encore, je dois vous demander de m’envoyer à nouveau mille euros, toutes les cellules de mon corps se rebellent. Je vous demande humblement de me pardonner.

Je sais que pour vous la vie est dure…

Votre fils Kévin »

P.S. : « J’étais tellement mal en écrivant cette lettre que j’ai voulu courir après le facteur qui ramassait le courrier dans la boite aux lettres au coin de la rue pour reprendre cette lettre et la brûler. J’aurai vraiment aimé le rattraper, et j’ai prié le Bon Dieu pour y arriver, mais il était trop tard. »

Quelques jours plus tard, l’étudiant reçut une lettre de son père qui disait :

« Le Bon Dieu a entendu ta prière : ta lettre n’est jamais arrivée ! »

Rate this post

Une boîte aux lettres de blonde

Un homme était en train de tondre sa pelouse, quand tout à coup, il fut distrait par son attrayante voisine, une blonde pure, très bien tournée.

Elle sort de sa maison et se dirige directement vers sa boîte à lettres qui se trouvent à l’entrée de son terrain. Elle ouvre et referme aussitôt la boîte aux lettres.

Un peu plus tard, elle ressort de la maison et se dirige, d’un pas pressé, vers sa boîte à lettres, et encore la rouvre et la referme violemment.

Elle s’en retourne furieuse à l’intérieur de la maison.

Comme l’homme achevait de tondre sa pelouse, v’là sa blonde voisine qui ressort de la maison, marchant rageusement vers sa boîte à lettres, la rouvre et la referme très fortement.

Intrigué par son comportement, notre homme s’avance et demande :
– Y a-t-il quelques choses qui ne va pas, chère voisine ?

La blondinette de se retourner, et toujours fulminant de lui répondre :
– Certainement, que ça ne va pas ! Mon ordinateur stupide n’arrête pas de me dire « Vous avez du courrier. »

Rate this post

La lettre de George Sand à Alfred de Musset

La liaison entre ces deux géants littéraires dura deux ans, et fut l’occasion d’une correspondance aussi fournie que savoureuse.

La lettre de George Sand, en apparence innocente, est à relire en ne tenant compte que d’une ligne sur deux. Pour la réponse d’Alfred de Musset, elle est à relire en ne prenant que le premier mot de chaque vers.

GEORGE SAND :

Cher ami,
Je suis toute émue de vous dire que j’ai
bien compris l’autre jour que vous aviez
toujours une envie folle de me faire
danser. Je garde le souvenir de votre
baiser et je voudrais bien que ce soit
une preuve que je puisse être aimée
par vous. Je suis prête à montrer mon
affection toute désintéressée et sans cal-
cul, et si vous voulez me voir ainsi
vous dévoiler, sans artifice, mon âme
toute nue, daignez me faire visite,
nous causerons et en amis franchement
je vous prouverai que je suis la femme
sincère, capable de vous offrir l’affection
la plus profonde, comme la plus étroite
amitié, en un mot : la meilleure épouse
dont vous puissiez rêver. Puisque votre
âme est libre, pensez que l’abandon ou je
vis est bien long, bien dur et souvent bien
insupportable. Mon chagrin est trop
gros. Accourrez bien vite et venez me le
faire oublier. À vous je veux me sou-
mettre entièrement.
Votre poupée

ALFRED DE MUSSET :

Quand je mets à vos pieds un éternel hommage,
Voulez-vous qu’un instant je change de visage ?
Vous avez capturé les sentiments d’un cœur
Que pour vous adorer forma le créateur.
Je vous chéris, amour, et ma plume en délire
Couche sur le papier ce que je n’ose dire.
Avec soin de mes vers lisez les premiers mots,
Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

Rate this post

La preuve adultérine

Une femme va consulter un avocat :
– Maître, je désire divorcer : mon mari me trompe avec sa secrétaire.
– Avez-vous des preuves ?
– Si j’ai des preuves ? Je crois bien… L’autre jour, il est rentré à la maison, m’a embrassée voluptueusement et s’est mis à me dicter une lettre !

Rate this post

La longue lettre de Blaise Pascal

« Je vous écris une longue lettre parce que je n’ai pas le temps d’en écrire une courte. »

Blaise Pascal

Rate this post